• votre commentaire
  • De 2004 à 2012, près de 4 millions de dollars ont été dépensés pour analyser les effets des bois sur l'être humain. Après avoir observé les effets sur un groupe de 250 personnes après 30 minutes en forêt, puis un autre groupe de 498 volontaires en zone neutre, le Professeur Qing Li, de la Nippon Medical School de Tokyo, a conclu qu'être en forêt permettrait de faire baisser le rythme cardiaque et la tension artérielle, réduire la production d'hormones de stress, améliorer le système immunitaire par sa stimulation et générer des sentiments globaux de bien-être. Et ceci n'est pas uniquement lié au fait de se déplacer (activité physique). Il ne s'agit cependant pas d'un remède, mais bien d'une approche préventive et douce qui s'inscrit dans une démarche globale d'un mode de vie sain et équilibré.

    Article : http://japanization.org/les-bains-de-foret-la-solution-san…/

    Un œil sur le Japon | Mr Japanization


    1 commentaire
  •  

    Remplacer les sucres, les graisses et les farines par...

     


    votre commentaire
  • 40 bienfaits et utilisation de l'huile de cocoL’huile de noix de coco pourrait tout simplement être l’aliment santé le plus polyvalent de la planète.

    Non seulement c’est mon huile de cuisson préférée, mais ses utilisations sont innombrables, du déodorant au dentifrice et à la lotion corporelle en passant par une aide à la perte de poids.

    L’huile de noix de coco contient une combinaison rare  de trois acides gras : l’acide laurique, caprique et caprylique, qui sont parmi les plus rares dans la nature.

    Ces acides gras à chaîne moyenne (MCFA) procurent des bienfaits extraordinaires sur la santé ; ils sont faciles à brûler au cours d’exercices physiques et ont des propriétés antibactériennes.

    Certains des meilleurs bienfaits de l’huile de noix de coco incluent:

    • Équilibre le système hormonal
    • Élimine le candida
    • Améliore la digestion
    • Hydrate la peau
    • Réduit la cellulite
    • Atténue les rides et les taches de vieillesse
    • quilibre la glycémie sanguine et améliore l’énergie
    • Améliore l’état des personnes atteintes d’Alzheimer
    • Augmente le cholestérol HDL et diminue le LDL
    • Brûle les graisses

    Etes-vous prêt à voir des résultats incroyables ?

    Alors, voici mes 40 meilleures utilisations de l’huile de noix de coco en 3 catégories : Alimentation, Soins corporels, et Médecine Naturelle.

    10 Bénéfices pour la Santé de l’Huile de Coco

    Traitement de l’Alzheimer – Prenez 1 cuillerée à soupe chaque jour pour soutenir la santé du cerveau et éviter l’Alzheimer dans un régime cétogène.

    Aromathérapie – Utilisez comme huile de support parfaite pour faire des remèdes maison avec des huiles essentielles.

    Élimine le Candida – L’huile de noix de coco contient de l’acide caprylique qui a des propriétés antifongiques qui peuvent éliminer les levures et le candida.

    Supplément pour Faire Fondre la Graisse – Il a été prouvé médicalement que les MTC trouvées dans l’huile de noix de coco aident à la perte de poids. Votre corps brûle alors les graisses  en s’activant.

    Équilibre les Hormones – Les  graisses bienfaisantes de l’huile de noix de coco entretiennent la thyroïde et les glandes adrénalines, réduisant alors le cortisol pour équilibrer naturellement les hormones.

    Soutient la Digestion – L’huile de noix de coco est facile à digérer et contient des composés qui détruisent les mauvaises bactéries, augmentent les probiotiques et détruisent les parasites.

    Crème Anti-Fongique – Peut être utilisée pour traiter efficacement le pied d’athlète et les champignons de la peau.

    Stabilise le Sucre Sanguin – L’huile de noix de coco peut aider à équilibrer les niveaux de sucre sanguin et les études médicales ont prouvé qu’elle améliore  le diabète.

    Baume Curatif – Peut être utilisée comme crème pour soigner la peau sèche et éliminer les cellules mortes de ceux qui ont de l’eczéma ou du psoriasis.

    Supplément Anti-Cholestérol – Il a été prouvé que les graisses bienfaisantes de l’huile de noix de coco augmentent le cholestérol HDL et réduisent le LDL, soutenant ainsi la santé du coeur.

       Utilisations Alimentaires de l’Huile de Coco

    1. Cuisson à Haute Température : C’est la meilleure huile pour la cuisson car elle ne fume qu’à haute température et est supérieure à l’huile d’olive.

    2. Sur des Toasts à la Place du Beurre – Etalez votre huile de noix de coco sur votre pain de grains germés à la place du beurre.

    3. Énergétique – Mélangez 1 cuillerée à soupe de noix de coco à 1/2 cuillerée à soupe de graines de chia pour booster/stimuler votre énergie. Les MCT (triglycérides à chaîne moyenne) de l’huile de noix de coco plus les nutriments de chia vont déployer votre énergie. (les MCT stimulent le métabolisme, diminuent les fringales, et réduisent les amas de gras).

    4. Café à la Noix de Coco – Ajoutez une cuillerée d’huile de noix de coco à votre café et votre énergie sera décuplée tout en remplaçant la crème de lait.

    5. Fondue au Chocolat – Mélangez 4 cuillerées à soupe d’huile de noix de coco avec une barre de chocolat noir, puis faites fondre à feu moyen. Puis prenez des fruits comme des fraises ou des bananes et trempez-les dans la sauce au chocolat.

    6. Smoothies – Ajoutez 1 ou 2 cuillerées à soupe d’huile de noix de coco à un smoothie de fruits pour en améliorer la texture et augmenter votre consommation d’acides gras essentiels.

    7. Nappage de Popcorn – Utilisez quand vous faîtes des popcorns maison au four. Versez sur le dessus des popcorns puis saupoudrez de sel marin pour des popcorns non OGM.

    8. Huile qui ne Colle Pas – C’est la meilleure huile à utiliser pour faire cuire des oeufs sans adhérence. Laissez l’huile de noix de coco se réchauffer dans la poêle puis ajoutez les oeufs.

    9. Mayonnaise Maison – Utilisez dans la recette de mayonnaise, mixée avec les jaunes d’oeufs.

    10. Nappage de Patate Douce – Nappez sur des patates douces cuites au four puis saupoudrez de cannelle. Utilisez aussi pour la recette des frites de patates douces.
      40 bienfaits et utilisation de l'huile de coco
    11. Huile de Cuisson – Utilisez pour des recettes de cuisson au four comme les brownies, à la place d’autres huiles. Parfait aussi pour graisser les poêles pour que les aliments ne « collent » pas.

    12. Hydratant pour la Peau – Mettez 1 cuillerée à soupe d’huile de noix de coco dans vos mains et massez sur les zones à hydrater.

    13. Dentrifrice Reminéralisant – Mélangez à parts égales de l’huile de noix de coco avec du bicarbonate de soude, puis ajoutez quelques gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée comme dentifrice fait maison.

    14. Baume pour les Lèvres – Peut apaiser les lèvres gercées. Vous pouvez aussi mixer avec de la cire d’abeille et de l’huile essentielle de lavande comme baume maison pour les lèvres.

    15. Shampooing à l‘Huile de Noix de Coco – La noix de coco peut nettoyer les cheveux et elle est excellente, utilisée avec du vinaigre de cidre.

    16. Méthode Huile-Bouche – Gardez de l’huile de noix de coco dans la bouche pendant 5 – 20 minutes pour extraire et tuer les mauvaises bactéries et rafraîchir votre haleine.

    17. Déodorant Naturel – Excellente comme déodorant naturel et elle peut être utilisée dans une recette de déodorant en la mélangeant avec du bicarbonate de soude et des huiles essentielles.

    18. Se Nettoyer le Visage – L’huile de noix de coco peut être utilisée pour nettoyer et hydrater la peau. Les huiles essentielles de lavande et de tea-tree sont également excellentes.

    19. Nettoyer les Blessures – Parfait comme baume pour les blessures par ses propriétés antibactériennes. Appliquez comme vous le feriez pour un baume ordinaire.

    20. Après-Shampooing Revitalisant pour les Cheveux – Appliquez sur vos cheveux pour réparer les cheveux fourchus. Frottez, laissez 30 minutes puis rincez.

    21. Lotion pour le Corps – Utilisez de l’huile de noix de coco comme lotion corporelle ou mélangez-là avec du ghee (shea butter).

    22. Préparation Anti Cellulite – Utilisez comme crème pour réduire la cellulite avec de l’huile essentielle de pamplemousse. Mélangez 1 cuillerée à soupe d’huile de noix de coco avec 10 gouttes d’huile essentielle de pamplemousse, puis massez où nécessaire après la douche.

    23. Démaquillant pour les Yeux – Utilisez avec un coton comme démaquillant à la place de produits chimiques.

    24. Crème à Raser – Excellente alternative pour la crème à raser qui fait glisser le rasoir doucement et apaise la peau.

    25. Sels de Bain – Mélangez 1/4 de tasse d’huile de noix de coco fondue avec 1/4 de sels d’Epsom dans un bain extraordinairement bienfaisant.

    26. Baume Réparateur après les Coups de Soleil – L’huile de noix de coco est un????? SPF 4 et peut apaiser et hydrater la peau lors d’un coup de soleil.

    27. Lubrifiant Intime – Souvent utilisée comme lubrifiant personnel de chambre et ne perturbe pas la flore vaginale comme d’autres lubrifiants.

    28. Crème Anti-Age – Mettez sur le visage de l’huile de noix de coco avant de vous coucher pour réduire les taches dues à l’âge et les rides.

    29. Huile de Massage – L’huile de noix de coco est une parfaite huile de massage et, mélangée avec des huiles essentielles de lavande et de menthe poivrée, elle détend et soigne les muscles endoloris.

    30. Répulsif pour Insectes – En mélangeant de l’huile de noix de coco avec des huiles essentielles de menthe poivrée, romarin, tea-tree et citronnelle, vous obtenez un répulsif anti-insectes meilleur et plus sûr que des produits chimiques.

      Les Utilisations Médicales de l’Huile de Noix de Coco

    31. Traitement de l’Alzheimer – Prenez une cuillerée à soupe chaque jour pour soutenir le cerveau et prévenir l’Alzheimer dans un régime cétogène (à base de gras, pour réalimenter le cerveau).

    32. Aromathérapie – Utilisée comme support huileux parfait pour faire des remèdes maison avec des huiles essentielles.

    33. Élimine le Candida – L’huile de noix de coco contient de l’acide caprylique qui a des propriétés anti-microbiennes qui peuvent éliminer les levures (champignons) et le candida.

    34. Supplément pour Brûler les Graisses – Les recherches ont prouvé que les MCT trouvées dans l’huile de noix de coco contribuent à la perte de poids et aident votre corps à brûler les graisses utilisées pour l’énergie.

    35. Équilibre Hormonal – Les graisses bienfaisantes de l’huile de noix de coco soutiennent la thyroïde et les glandes adrénalines qui peuvent abaisser le taux de cortisone pour équilibrer naturellement les hormones.

    36. Soutient la Digestion – L’huile de noix de coco est facile à digérer et contient des composés qui détruisent le mauvaises bactéries. Elles augmentent la production des probiotiques et soignent l’intestin poreux.

    37. Crème Anti-Fongique – Peut être utilisée pour traiter le pied d’athlète efficacement ainsi que les champignons de la peau.

    38. Stabilise les Sucres Sanguins – L’huile de noix de coco contribue à équilibrer les niveaux de sucre dans le sang et les études médicales ont prouvé qu’elle améliore le diabète.

    39. Pommade Curative – Peut être utilisée comme pommade pour traiter une peau sèche et éliminer les cellules mortes pour ceux qui ont de l’eczéma ou du psoriasis.

    40. Supplément Anti-Cholestérol – Les études médicales ont prouvé que les graisses bienfaisantes de l’huile de noix de coco augmentent le cholestérol HDL et réduisent le LDL , contribuant ainsi à la bonne santé cardiaque.

    Comme vous le voyez, les utilisations de l’huile de noix de coco ainsi que ses bienfaits pour la santé. sont nombreux.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • La sérotonine est un neuromédiateur qui régule l’humeur, apaise et entre dans l’équilibre émotionnel et comportemental et un agent anti déprime, anti insomnie et anti angoisse.

    La sérotonine est fabriquée dans le cerveau par les neurones du tronc cérébral, certaines activités favorisent sa production et maintiennent une concentration adéquate pour un meilleur équilibre de l’humeur.

    Voici quelques activités et quelques conseils pour stimuler et réguler la production de sérotonine.

    1. Le sport et l’activité physique : Pratiquez régulièrement une intensité qui vous est agréable. Marchez 30 minutes par jour, nagez ou faites du vélo en plein air.
    2. Pratiquez le rire, et le sourire c’est le meilleur activateur de production de sérotonine. Faites comme si vous étiez joyeux et vous le deviendrez vraiment !
    3. Pratiquez une activité artistique.
    4. Adoptez un comportement pragmatique et conscient et soyez présent à votre vie. Restez à l’écoute, ouvert et ressentez chaque émotion.
    5. Soyez disponible pour vos amis et vos proches : les liens sociaux augmentent aussi la production de sérotonine.
    6. Restez à l’écoute de vos émotions et de votre corps.
    7. Soyez positifs et optimiste, éloignez-vous des personnes négatives.
    8. Face aux difficultés établissez des plans en étapes sans angoisse, ni peur.
    9. Trois fois par jour au réveil, pendant la journée et avant de vous coucher répétez–vous ces quelques mots :
      Je suis de plus en plus à l’écoute des autres. J’assume l’entièreté de mes actes. Je demande ce dont j’ai besoin sans hésiter. Je prends la place qui est la mienne.

     


    votre commentaire
  • Dormez nuNous connaissons tous les bienfaits d’une bonne nuit de sommeil, mais savez-vous les avantages de dormir nu ? Idée rebutante pour certaines personnes et tentantes pour d’autres, dormir sans pyjama apporte de nombreux bienfaits au corps. Explications.

    Le sommeil est essentiel pour que l’organisme puisse se reposer et recharger ses batteries. Ce moment de repos présente aussi de nombreux bienfaits pour la santé parce qu’il permet notamment de protéger le système nerveux, de prévenir le vieillissement cutané mais aussi d’éviter la prise de poids. Autant de raisons pour profiter d’une bonne nuit de sommeil !

    Et pour maximiser les bienfaits de ce moment de récupération, quoi de mieux que de … dormir nu ! En effet, dormir en tenue d’Eve ou d’Adam, est meilleur pour la santé. Il est vrai que ce n’est pas évident pour tout le monde de se glisser dans leur lit dans leur plus simple appareil, mais en prenant connaissances des bienfaits de ce geste simple, ils changeront peut être d’avis.

    Voici 4 bonnes raison pour dormir nu :

    Améliorer la qualité du sommeil :

    Vous souffrez d’insomnie ou vous vous réveillez plusieurs fois pendant la nuit ? Dormir nu peut être la solution à vos soucis ! En effet, pendant la nuit, la température du corps baisse naturellement à 36°C, même si vous ne le ressentez pas. Ainsi, en mettant votre pyjama ou en vous couvrant avec une couverture trop chaude, vous mettez votre corps à l’épreuve et le poussez à faire plus d’effort pour qu’il puisse réguler sa température. Ce qui augmente les risques d’une mauvaise qualité de sommeil.

    Selon une étude parue dans la revue Brain, baisser la température de l’organisme de 0.4°C, a permis aux volontaires de doubler la période de sommeil profond pendant une nuit.

    Maintenir une peau jeune :

    Laisser tomber votre pyjama tout douillet pourrait vous aider à avoir une peau plus jeune. En effet, comme prémentionné, le corps baisse sa température pendant le sommeil. Ce fait peut être expliqué par la baisse de lumière que la rétine de l’œil capte. Elle envoie alors des signaux à la glande pinéale, qui est chargé de la production de la mélatonine, connue aussi sous le nom de l’hormone du sommeil. Quand l’hypothalamus, organe chargé de réguler la température du corps, détecte la présence de la mélatonine, il réduit la chaleur du corps. 

    La température la plus basse du corps est enregistrée vers 4h du matin et c’est justement à ce moment-là que la sécrétion de mélatonine atteint son pic. Cette hormone qui a un effet antioxydant sur la peau, la protège contre les dommages causés par les radicaux libres, prévient son vieillissement précoce et stimule la régénération de ses cellules.

    Conclusion : dormez en tenue d’Eve, pour profiter des bienfaits de la mélatonine et rester jeune.

    Limite les risques d’infections :

    Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, dormir nu est très hygiénique. Ceci permet de laisser respirer certaines parties qu’on aère que très rarement. Il est notamment question des zones intimes qui restent étouffées de jour comme de nuit dans des sous-vêtements. Elles restent donc soumises à la chaleur et à l’humidité, ce qui présente un milieu propice à la prolifération des bactéries pathogènes, favorisant ainsi le développement des infections.

    D’ailleurs, une étude britannique avait démontré que le fait de garder son pyjama pendant la nuit et ne pas le changer régulièrement pouvait augmenter les risques d’infections. D’après l’étude, le tissu du pyjama touche la peau et dépose des cellules dessus. Si celles-ci atteignent les parties intimes, elles peuvent causer des infections urinaires. Les femmes, notamment doivent faire très attention parce qu’elles sont plus à risque de développer cette maladie.

    Pimente votre vie sexuelle :

    Dormir nu attise naturellement le désir. Sous la couette bien chaude, les corps s’effleurent, se touchent, les caresses commencent, la libido augmente et l’excitation monte. Dormir dans son plus simple appareil maintient en effet une vie sexuelle plus épanouie, et ceci a été d’ailleurs prouvé scientifiquement.

    Selon une étude britannique, 57% des sujets interrogés et qui ont déclaré dormir nus ont affirmé qu’ils avaient une vie sexuelle satisfaisantes. Contrairement, au 43% des participants qui sont fidèles à leurs pyjamas.

    Selon les scientifiques, quand les corps nus se frottent l’un contre l’autre, l’ocytocine, l’hormone du bien-être et de l’attachement est libérée. Chose qui augmente l’alchimie et favorise les relations intimes.

    Qu’attendez-vous pour abandonner votre pyjama ?


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Jérémie Mercier - Sa méthode secrète pour lâcher le stress

    www.jeremie-mercier.com

    Avez-vous conscience de cela ?

    Il est courant chez nous autres occidentaux “civilisés” de souffrir inutilement à cause d’émotions encombrantes, dont nous ne savons que faire. Ces émotions non “digérées” génèrent alors des pensées sombres qui génèrent à leur tour de nouvelles émotions peu agréables et des envies peu avouables.

    Nous avons bien quelques stratégies pour ne plus subir ces émotions :

    • nous faire prescrire des anxiolytiques chez le médecin (français = champions du monde !)

    • nous jeter sur la nourriture

    • nous abrutir devant la télévision

    • tomber dans des addictions ou des excès (alcool, cigarette, sexe, travail)

    → Ca c’est la version : “je suis victime de mes émotions, je souffre, pauvre de moi”.

    D’autres vivent leurs émotions de façon plus extériorisée, mais toujours pas très saine : violence verbale, voire physique, terrorisme intellectuel ou physique !

    → C’est la version : “vous allez payer pour mes émotions que je suis incapable de gérer”.

    Pour caricaturer un peu et donner une image parlante : dans un cas, vous finissez en mauvaise santé ou à l’hôpital, dans l’autre cas, vous finissez en prison. Deux formes d’enfermements liés à une mauvaise gestion de vos émotions.

    D’autres sont dans la fuite : “spiritualité” ou “méditation” à outrance, voyage autour du monde interminable avec impossibilité de se poser, etc. Mais l’émotion est juste cachée ou enfermée dans ces cas-là. Elle ne demande qu’à ressortir un peu plus tard, quand l’occasion se présentera !

    Bref, si vous m’avez suivi, vous avez compris que nous sommes en général des handicapés émotionnels !

    Quel dommage d’en arriver là, alors qu’il existe des outils simples de gestion des émotions.

    J’ai découvert une méthode secrète il y a 6 ans, peu après la naissance de ma fille aînée (grâce à elle en fait !), pour gérer ses émotions d’une manière fluide et éviter la souffrance, la violence et la fuite.

    J’utilise cette approche très régulièrement, avec beaucoup de succès :

    • quand je me fais mal suite à un choc ou une brûlure par exemple, je sais comment faire partir la douleur en quelques minutes. Je pense même que ma méthode secrète permet de réparer plus rapidement les tissus et ainsi de guérir plus rapidement une blessure.

    • quand j’ai dû me préparer à aller à une convocation de la police (voir mon article), j’ai su quoi faire de mon appréhension et de mes craintes, pour arriver zen et détendu (et même joyeux, sans être non plus hilare) !

    • quand j’ai appris la mort de mon grand-père, j’ai su quoi faire de ma tristesse, de mon chagrin et ainsi faire un deuil rapide et “efficace” !

    • quand j’ai prévenu mon boss que je quittais mon emploi d’ingénieur-chercheur au CEA de façon prématurée, j’ai su faire partir de façon préventive ma colère, pour ne pas être impacté par ses ressentiments et sa propre colère (nos émotions nous appartiennent, mais nous pouvons être atteints par les émotions des autres, jouer le rôle d’éponge)

    • quand j’apprends qu’un n-ième attentat vient de se produire, je sais quoi faire de ma peur et retrouver mon calme et prendre du recul (la peur nous maintient sous contrôle et nous rend ainsi très manipulable)

    • quand je prends l’avion, je sais éliminer mon anxiété quand il y a des turbulences

    • et encore plein d’autres exemples !

    Si vous-aussi, vous souhaitez découvrir cette méthode secrète pour vivre vos émotions de la meilleure manière, je vous ai préparé un programme sur mesure qui dont le premier module sera disponible dès le début du mois d’avril. J’enseigne déjà des techniques de lâchage d’émotions en consultation, mais là, je veux aller encore plus loin, et vous donner les outils dont vous avez besoin, à votre disposition quand vous le voulez.

    Dites-moi par mail dans les commentaires à cet article comment vous vivez vos émotions, et quels sont vos challenges. Je répondrai à vos commentaires plus bas afin que tout le monde en profite !

    Merci à vous et à très bientôt !

    Jérémie


    2 commentaires
  • Libération Holographique du Cœur Péricarde®
    par Jean-Pierre Chamodot

    Liste des exposants Le Mouret 2016Comment ouvrir nos cellules pour libérer le bien-être la santé et la joie ? Apports du nouveau paradigme scientifique en physique, biologie cellulaire, épi génétique et neuro science.

    Une agression environnementale (physique, chimique, électromagnétique, émotionnelle…) entraine la présence d’hormones de stress dans notre sang et aboutit à la rétraction des tissus de notre corps. Tous les tissus du corps humains sont concernés : muscles, fascias, organes, viscères, tissu vasculaire (les artères se rétractent), tissus nerveux (le cerveau se rétracte), mais également les os et les dents. À l’aide de planches anatomiques commentées vous découvrirez les impacts de ces rétractions sur notre corps entrainant le mal-être et de nombreuses pathologies. Vous pourrez en conclure que rallonger les tissus peut résoudre bien des problèmes. Nous nous intéresserons donc à toutes les techniques existant pour rallonger les tissus et constaterons leurs résultats décevants et éphémères. Alors comment rallonger les tissus de manière efficace ? Qui sommes nous êtres humains ? Qu’est-ce que le bien-être ? Qu’est-ce que la santé ?

    Si la rétraction des tissus vient de la fermeture de nos cellules, alors la solution consiste à les ouvrir. Mais comment les ouvrir ? Pourquoi leur ouverture libère le bien-être la santé et la joie ?

    Le nouveau paradigme scientifique en physique, biologie cellulaire, épi génétique… introduit des notions telles que conscience, information, évolution, stockage de l’information, mémoire et champ d’énergie. Une nouvelle médecine et biologie inspirées par la physique quantique démontrent la primauté de l’information (= signal = onde électromagnétique). « Comprendre le fonctionnement de la cellule et son contrôle par l’environnement et l’esprit, c’est comprendre le fonctionnement du corps humain. » nous dit Bruce Lipton père de l’épi génétique. Intégrer les données de ces nouvelles sciences ouvre des solutions novatrices pour libérer le bien-être, la santé, la paix et la joie.

    Pour être efficace dans l’art de rallonger les tissus ce nouveau paradigme nous apprend que nous sommes une conscience et l’association de nombreuses cellules. De ces prises de conscience découle la nécessité  d’Œuvrer en tant que conscience pour avoir une action sur le comportement des cellules, c’est-à-dire de les ouvrir afin :

    • de rétablir la complétude (une reconnection), ce qui libère le bien-être,
    • de rétablir un bon fonctionnement cellulaire, c’est-à-dire une physiologie fonctionnelle.
    • de rallonger les tissus ce qui rétablit une anatomie fonctionnelle et la santé.

    Ces orientations sont belles, mais soulèvent la question suivante : « Comment s’y prendre pour agir efficacement sur le comportement de la cellule ? » Répondre à cette question va m’amener à en soulever d’autres : « Agir en tant que quoi ? Corps ou conscience ? Agir sur quoi ? Membrane ou âme cellulaire ? Agir avec quoi ? Chimie ou information ? Agir pour faire quoi ? Informations positives et négatives.

    Vous comprendrez pourquoi je renonce à lutter contre la fermeture cellulaire en tant que corps, et pourquoi je choisis d’agir en tant que conscience sur l’âme cellulaire. Vous découvrirez également pourquoi je renonce à agir avec la réaction chimique d’une molécule dans le corps, et pourquoi je choisis d’agir avec l’information, c’est-à-dire les ondes électromagnétiques à distance par résonnance. Vous découvrirez aussi comment la primauté de l’information sur les molécules et sur les gènes a été démontrée par une nouvelle médecine (avec les expériences de Jacques Benveniste et du Professeur Luc Montagnier prix Nobel de médecine), et confirmée par l’épigénétique (avec Bruce Lipton).

    Vous comprendrez pourquoi et comment l’absence d’informations positives nous rend malades. Vous découvrirez, grâce à la physique quantique, que nous sommes une conscience créatrice de notre monde physique. Pourquoi la présence d’informations négatives dans notre subconscient nous rend malades. Et pourquoi nous créons un monde physique (non seulement notre corps physique, mais également le monde physique qui nous entoure) dysharmonieux à partir de ces mémoires et croyances négatives.  

    La conclusion qui s’impose à mes yeux est d’agir en tant que conscience sur la conscience cellulaire avec l’information sous forme d’onde électromagnétique pour apporter les bonnes informations manquantes et nous libérer des informations négatives.

    Cette conclusion soulevait d’autres questions : Comment s’y prendre ? Qu’est-ce que l’information ? Qu’est-ce qu’une onde électromagnétique ? Qu’est-ce que La conscience ? Qu’est-ce que La mémoire ? Qu’est-ce que l’esprit ? D’où vient l’information ? Qu’’est-ce que le « monde extérieur » et le « monde intérieur » ? Quelles informations positives apporter ? Où trouver ces informations positives ? Nous libérer de quelles informations négatives ? Où trouver ces informations négatives ? Où se trouvent la conscience et la mémoire ? À ce satde de ma recherche, l’aide du nouveau paradigme scientifique s’avéra également précieuse pour répondre à ces questions et m’aider à trouver une piste valable vers le bien-être. 

    Alors seulement vous comprendrez les choix d’orientations et d’outils que j’ai effectués pour mettre au point une méthode, La Libération Holographique du Cœur Péricarde®, qui ouvre nos cellules, rallonge nos tissus et nous fait passer du mal-être vers le bien-être et de la maladie vers la santé. Les outils tels que le « toucher quantique », la pensée, l’intention, le verbe créateur et la prière vous seront présentés. Une approche de l’holographie vous aidera à comprendre pourquoi ces outils quantiques doivent être utilisés de manière globale pour ouvrir toutes les cellules et harmoniser toutes les lésions ostéopathiques.

    Ainsi vous comprendrez que les résultats cliniques obtenus avec cette méthode ont une explication scientifique. Vous aurez une idée de ce que propose la Libération Holographique du Cœur Péricarde® pour vous aider à accéder au bien-être, à la santé et à la joie.

    Jean-Pierre CHAMODOT
    Chemin de Messidor 37
    CH-1723 MARLY (Fribourg)
    Rez de chaussée, Parking gratuit sur place - carte
    Tél. 0041 78 910 01 66
    lhcpchamodot@gmail.com
    www.chamodot.org


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Cure de Jus


    votre commentaire
  • Envie de passer à l'action et d'entamer une cure détox d'un ou deux jours ? Découvrez notre menu type pour la journée.

    Une journée détoxAu lever : 
    1 grand verre d'eau tiède additionnée du jus d'un citron 

    Au petit-déjeuner : 
    1/2 pamplemousse OU 2 tranches d'ananas frais OU 2 kiwis 
    1 yaourt au soja 
    3 cuillères à soupe de flocons d'avoine cuits dans l'eau OU 2 tranches de pain complet 
    1 thé vert sans sucre ou avec édulcorant OU 1 infusion de queues de cerise 

    A 10 h : 
    1 thé vert sans sucre ou avec édulcorant OU 1 infusion de queues de cerise

    Au déjeuner : 
    1/2 concombre + persil + ail OU 2 tomates + basilic + ail 
    1 filet de poisson blanc + jus de citron 
    200 g de fonds d'artichauts cuits à la vapeur + filet d'huile d'olive 
    1 bol de fruits rouges (fraises, framboises, myrtilles...) 

    A 16 h : 
    1 tisane de romarin, de thym ou de menthe poivrée, sans sucre ou avec édulcorant 
    1 pomme 

    Au dîner : 
    1 bol de bouillon de légumes 
    légumes à croquer : bâtonnets de betterave crue et de radis noir, asperges cuites à l'eau + sauce à l'ail, persil au citron 
    1 bol de fruits rouges  

    Télécharger « cure détox.pdf »


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Yago, c'est le nom que j'ai donné à mon mental, mon ego !
    Et maintenant, le matin, quand je sors de chez moi je lui dis :
    - Écoute Yago, je sais, tu veux me rendre service, mais tu vois tu as déjà beaucoup travaillé. Aujourd'hui, je te donne congé.
    Et croyez-moi, c'est merveilleux comme il se tient tranquille !
    www.christianekolly.ch

    Yago est en vacances


    votre commentaire
  • Lorsque nous nous sentons mal, nous nous rendons en général immédiatement chez le médecin ou chez le pharmacien ou encore, nous nous ruons sur notre boîte à pharmacie car un cachet est toujours d'un grand secours. Mais quand vous apprendrez les connexions fascinantes qu'il y a entre vos doigts et vos organes, vous n'hésiterez  pas une seconde à mettre en pratique les méthodes suivantes.

    Selon la réflexologie, chaque doigt est associé à une douleur en particulier.

    1. Le pouce

    Le pouce est relié au coeur et aux poumons. Si vous souffrez de violentes palpitations ou essoufflements  alors frottez votre pouce puis tirez dessus modérément. Le rythme cardiaque se calmera et votre respiration ralentira.
    AdTech Ad

    2. L'index

    L'index est connecté au gros intestin et à l'estomac. Si vous souffrez de douleurs abdominales ou de constipation, alors appuyez une minute sur l'index, frottez puis tirez modérément sur celui-ci. Vous constaterez très vite une amélioration.

    3. Le majeur

    Le majeur est associé au coeur, à l'intestin grêle et aux systèmes circulatoire et respiratoire. Si vous appuyez puis frottez le majeur lors d'une crise de nausée, durant des étourdissements ou des périodes d'insomnie, alors vous aurez une nette amélioration de ces symptômes.

    4. L'annulaire

    L'annulaire a un impact direct sur votre humeur, donc si vous sentez que la mauvaise humeur vous gagne ou que vous perdez patience, massez ce doigt et vous devriez retrouver une agréable sensation de paix et de détente.

    5. Le petit doigt

    Le petit doigt est associé aux reins, et même si vous avez un mal de tête coriace ou des douleurs musculaires dans le cou, vous pouvez résoudre ces problèmes en faisant un massage et en exerçant une pression prolongée sur ce doigt.

    Les paumes des mains sont connectées au système nerveux. Si vous voulez protéger votre santé et votre condition physique, taper dans ses mains est par exemple recommandé. Cela stimule la circulation et vous vous sentez mieux et plus vivant que jamais après.


    votre commentaire
  • A faire aujourd'hui


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Ne mendiez pas l’attention des autres, et encore moins leur amourNe mendiez pas l’amour de quelqu'un qui n’a pas de temps à vous consacrer, ou de quelqu'un qui ne pense qu’à lui. Ne le faites jamais.

    Quelqu'un qui, via son indifférence, vous donne l’impression que vous êtes invisible et insignifiant, ne vous mérite pas.

    En revanche, quelqu'un qui vous accorde de l’attention et aux côtés de qui vous vous sentez important et présent vous mérite.

    L’amour doit être démontré, mais jamais mendié. Si vous en arrivez à mendier de l’amour, vous illustrez alors de la plus claire des façons l’injustice émotionnelle, le déséquilibre du sentiment qui cimente une relation.

    Quelqu'un qui agit plus que ce qu’il ne parle vous mérite.

    En revanche, quelqu'un qui s’intéresse à vous uniquement lorsqu'il a besoin de vous ne vous mérite pas ; tournez-vous alors plutôt vers quelqu'un qui passe du temps avec vous quand vous en avez besoin, et pas seulement quand votre présence à ses côtés est dans son intérêt, vers quelqu'un qui s’intéresse à vous sans rien attendre en retour et qui vous accorde une place importante dans sa vie.

    Finalement, c’est simple ; la personne qui vous mérite, c’est celle qui, ayant la liberté de choisir, se rapproche de vous, vous apprécie, vous consacre du temps et pense à vous.

    Le manque de temps n’existe pas, contrairement au manque d’intérêt

    On dit que le manque de temps n’existe pas, contrairement au manque d’intérêt. En effet, quand les gens aiment vraiment, l’aube devient le jour, le mardi devient le samedi et un moment devient une opportunité.

    On dit aussi que plus on attend des autres, plus on est déçu et plus on souffre. Ainsi, on doit revoir nos attentes et nous dire qu’on ne doit rien attendre de personne, mais tout de nous-même.

    Car les espoirs et les attentes sont souvent (pour ne pas dire toujours) à l’origine des échecs émotionnels ; si les autres ne sont pas présents, voyez alors ça comme un manque d’intérêt.

    Dès lors que l’on n’approuve pas les actes ou les propos des autres, on souffre. Et la souffrance émotionnelle fonctionne exactement de la même façon que la souffrance physique.

    Nous nous devons alors d’accorder au mal-être psychologique toute l’importance qu’il mérite. Quand on a de forts maux d’estomac ou une migraine constante, on ne l’ignore pas.

    Alors, pourquoi devrions-nous ignorer la souffrance émotionnelle ?

    On ne peut pas laisser le temps la guérir sans rien faire de plus, on doit travailler sur elle et en tirer des leçons, tout comme on arrête de manger du chocolat à partir du moment où on découvre qu’il est la cause de nos maux d’estomac.

    C’est très important car les gens ont tendance de croire, à tort, que le mal-être psychologique est un signe de faiblesse, mais aussi que le temps pansera les blessures émotionnelles sans qu’il faille au préalable «les désinfecter», ni avoir recours à un bandage ou un plâtre pour éviter les saignements.

    Consacrez du temps aux gens qui le méritent et qui vous font vous sentir bien. Ne mendiez pas l’attention, l’amitié ni l’amour de personne. Quiconque vous aime vous le démontrera tôt ou tard.

    Si vous vivez dans une situation d’injustice émotionnelle aussi alarmante, n’oubliez pas :

    • N’appelez pas ceux qui ne vous appellent pas et que ni répondent pas à vos appels. Ne cherchez pas à passer du temps avec quelqu'un à qui vous ne manquez pas, et inversement, si quelqu'un ne vous cherche pas à passer du temps avec vous, il ne doit pas vous manquer.
    • N’attendez pas quelqu'un qui ne vous attend pas, valorisez-vous et arrêtez de mendier et de quémander de l’amour.
    • En effet, comme nous l’avons dit précédemment, l’amour doit être démontré et ressenti, mais jamais imploré. Votre tendresse doit être réservée à ceux qui vous aiment et qui vous comprennent sans vous juger.
    • Et surtout, n’oubliez pas la valeur de votre sourire devant le miroir, aimez-vous et valorisez-vous pour tout ce que vous êtes, et pas pour ce que quelqu'un qui ne vous mérite pas vous fait comprendre.
    • Aimez-vous, et rendez-vous compte que le fait que quelqu'un vous néglige ne veut pas dire que vous ne deviez pas faire l’impossible pour vous entourer de personnes qui apprécient votre présence dans leur vie.
    • Valorisez-vous et aimez-vous

     

    Source de l’article original : nospensees.fr


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit la santé ainsi : "La santé est un état complet de bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité". Ce bien-être est global, des signaux internes et/ou externes nous permettent de l’évaluer. PasseportSanté vous propose de découvrir ces signes de bonne santé.

    repas 0bien mangerManger permet d’apporter au corps l’énergie dont il a besoin. C’est à la fois un besoin vital et un des plaisirs de la vie, comme partager un bon repas avec sa famille ou ses amis. Mais, il peut arriver que le plaisir s’estompe et que l’envie de manger ne soit plus commandée par l’appétit mais par des facteurs externes et/ou internes comme le stress, l’ennui, la fatigue ou la déprime.

    L’organisme est composé d’hormones qui régulent l’appétit : la ghréline et la leptine. La ghréline crée la sensation de faim tandis que la leptine influe sur la satiété à l’issue des repas qui apportent les nutriments et l’énergie nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme. Sauter des repas ou grignoter entre les repas parce qu’on a l’impression d’avoir faim, empêche ce bon fonctionnement.

    Avoir un bon appétit, c'est manger de préférence équilibré, à sa faim, en temps et en heure, ni trop ni pas assez. Il est important d’être à l’écoute de son horloge biologique et d’écouter ses signaux internes qui indiquent quand manger.

    Les sociétés occidentales sont celles qui connaissent le plus de troubles alimentaires pour différentes raisons : surabondance du choix alimentaire, forte exposition aux industriels alimentaires ce qui amène à la tentation (publicités, restaurations rapides etc…), évolution du mode de vie qui influe sur les conduites alimentaires (manque de temps, stress, etc…).

    Enfin, certains troubles psychiques (rapport négatif à son corps, son image, sa propre personne…) peuvent engendrer des troubles du comportement alimentaire. Les troubles alimentaires les plus connus sont l’anorexie et la boulimie. Ces troubles sont graves et doivent être rapidement pris en charge par un professionnel de santé.

    Manger ne doit pas signifier combler le vide, le manque ou le mal-être. Il faut rester attentif quand à son rapport à l’alimentation car cet élément peut être un des révélateurs de notre bien-être.

    Le sommeil, un allié sûr pour être en bonne santé

    sommeil coupleSelon la fondation du sommeil au Québec, le sommeil représente près de 28 ans de notre vie ! Dans une société qui se modernise et qui tend à la performance, la charge de travail augmente avec comme seul mot d’ordre l’entraînement à tous les niveaux : apprentissage scolaire, professionnel, artistique, sportif, etc… Le stress de performance, les emplois du temps de plus en plus chargés et les appareils technologiques qui nous poussent à être toujours connectés, influent négativement sur la qualité du sommeil : on dort moins et mal.

    Or, c’est pendant le sommeil que tout se joue : le corps se régénère et le système immunitaire se renforce. Le repos entretient la capacité de mémorisation d’un individu et il favorise la croissance de l’enfant.

    Un manque de sommeil affaiblit le système immunitaire qui devient plus vulnérable aux attaques pathogènes (= qui peuvent causer des maladies), alors qu’un sommeil sain et régulier prévient des maladies telle que l’hypertension ou des dérèglements hormonaux, comme les troubles de l’appétit.

    Les troubles du sommeil touchent de plus en plus de personnes. L’insomnie, qui se caractérise par une difficulté à dormir suffisamment, toucherait 1/6 de la population française et 9.4% de la population au Québec. L’apnée du sommeil (= arrêts de la respiration pendant le sommeil), en plus d’être un risque de maladie cardiovasculaire, entraîne une très mauvaise qualité de sommeil.

    Ces troubles occasionnent une forte somnolence réduisant la vigilance, la concentration ou la réactivité en journée. Selon l’institut national du sommeil et de la vigilance, un sommeil de qualité favoriserait le bien-être. En revanche, un mauvais sommeil est responsable de la mauvaise humeur passagère ou d’un état dépressif continu.

    La qualité de votre sommeil ne doit pas être prise à la légère. Les journées ne sont pas toujours faciles à affronter et seule une bonne nuit de repos, en qualité et en durée, propre à chaque individu, prépare sereinement l’organisme au lendemain. Si vous êtes sujet(te) à des troubles du sommeil (insomnie, difficulté à s’endormir, sommeil interrompu, apnée du sommeil, etc…), il est important d’aller consulter votre médecin, homéopathe de préférence.

    Bon à savoir : En moyenne, une personne dort 7H30 par jour. Celle-ci varie selon les individus, certaines personnes ont besoin de beaucoup plus ou de beaucoup moins d’heures de sommeil que d’autres. Pour savoir quand aller vous coucher, soyez attentif aux moindres signes de fatigue comme le bâillement ou les paupières qui se ferment.

    Des yeux blancs, bons pour la santé

    oeilLes yeux nous donnent à voir : ils renseignent sur l’état de santé d’une personne. Quand le blanc de l’œil jauni, ce peut être symptomatique d’un problème du foie ou de la vésicule biliaire ou encore l’un des signes d’une pathologie comme l’hépatite.

    Pourquoi le blanc de l’œil jauni ? Il faut savoir que tout organisme contient de la bilirubine. La bilirubine est un pigment qui naît de la destruction des globules rouges que le foie est censé rendre soluble. La bilirubine (qui participe à la digestion des aliments) passe également par la vésicule biliaire, pour enfin être urinée. Un trajet anormal de ce pigment provoquera une accumulation anormale dans le sang, ce phénomène s’appelle l’ hyperbilirubine où plus exactement l’ictère.  Etant donné que cette accumulation de bilirubine s’effectue au niveau des vaisseaux sanguins, les conséquences sont : un changement de la couleur de la peau, des muqueuses et des yeux qui tend vers le jaune.

    Alors, avoir le blanc de l’œil qui reste blanc c’est un signe de bonne santé !  Cela veut dire que votre bilirubine remplit bien sa tâche afin que les aliments se digèrent correctement. Cela signifie également qu’elle circule normalement dans le sang pour finir dans l’urine. 

    Attention : les yeux ou la peau qui vire(nt) au jaune doivent faire l’objet d’une consultation médicale.

    La transpiration : un mécanisme de défense en faveur de la santé

    transpirationLa transpiration est un phénomène totalement naturel et bénéfique pour l’organisme. Un corps qui transpire, c’est un corps qui respire. Un corps qui transpire, c’est tout simplement un corps qui réagit !

    En situation de stress, de forte émotion, suite à une activité physique ou lorsqu’on est exposé à une forte chaleur : nous transpirons tous, certaines personnes, plus que d’autres.

    La transpiration participe à l’élimination des déchets et des toxines organiques qui circulent dans le sang. Sauf cas exceptionnel, si la transpiration n’existait pas, l’élimination d’une partie des mauvaises bactéries du corps ne serait pas possible.

    La transpiration et plus précisément les glandes sudoripares régulent la température du corps. En temps normal, cette dernière doit être de 37°C en moyenne. Ces glandes avoisinent le nombre de 3 millions et se localisent surtout au niveau des aisselles, des pieds et des paumes de mains, des zones qui transpirent le plus. Les glandes sudoripares produisent la sueur qui, par évaporation, agit sur la température du corps. Quand l’organisme s’expose à la chaleur (liée à environnement, à une situation de stress, à la pratique d’un sport ou autres), les glandes sudoripares aident le corps à se refroidir. La transpiration agit comme un mécanisme de défense contre l’attaque d’une chaleur excessive, néfaste pour l’organisme. L’hypothalamus (= zone du système nerveux) est à l’origine du phénomène car lorsqu’il détecte que la chaleur du sang est trop élevée, il commande aux glandes sudoripares de sécréter la sueur. Sans cette climatisation naturelle, la température du corps ne cesserait d’augmenter !

    A savoir : Un excès de transpiration chez certaines personnes peut devenir très gênant : mains moites, traces d’auréoles sur les vêtements, pieds trempés : il s’agit de l’hyperhidrose.

    Uriner, c’est bon pour la santé !

    urinerCe sont les reins qui filtrent le sang et qui assurent l’élaboration de l’urine. Grâce à l’appareil urinaire, une partie des déchets du corps (= toxines) sont éliminés. Le processus est simple : le sang est filtré afin d’en extraire les toxines qui vont ensuite être éliminées dans l’urine. De plus, l’eau évacuée dans l’urine permet également de réguler la pression sanguine.

    L’action d’uriner permet de vider la vessie lorsqu’elle est pleine. Il existe des cas de rétentions aigües d’urine, cela se manifeste par une impossibilité d’uriner même si l’envie est là. Une douleur dans le bas ventre se fait ressentir. Cette impossibilité peut avoir différentes causes,  chez l’homme par exemple ce peut être du à une hypertrophie de la prostate (= augmentation du volume de la prostate).

    En général, la couleur de l’urine est jaune. Le jaune de l’urine est obtenu par l’urée qui se constitue lors de la dégradation de l’hémoglobine rouge. Mais il peut arriver, au cours d’une même journée, que la coloration de l’urine change, à cause de certains colorants alimentaires ou de certains aliments comme les betteraves rouges. La prise de médicaments, la consommation importante en eau ou une anémie sont des facteurs qui agissent également sur la coloration de l’urine.

    L’urine doit également être surveillée car il s’agit d’un indicateur d’éventuels troubles de l’appareil urinaire. Le sang dans les urines (hématurie) révélerait différentes pathologies en fonction de sa position, ainsi on note :
    - Une hématurie initiale : c’est la présence de sang visible (urine rouge) en début de miction, le sang proviendrait de la prostate
    - Une hématurie terminale : c’est la présence de sang visible en fin de miction, le sang proviendrait de la vessie
    - Une hématurie totale : c’est la présence de sang visible tout au long de la miction, le sang proviendrait des reins.

    Plus difficile à retenir que les selles, la miction qui fait suite à l’envie d’uriner se fait presque instantanément. Dans tous les cas, si vous observez la présence de gouttes de sang ou de coloration rouge dans les urines, n’hésitez pas à vous rendre auprès de votre médecin.

    Les selles sont révélatrices d’une bonne santé

    toilettesLes selles sont, elles aussi, un indicateur de bonne santé. Si vous allez à la selle régulièrement, c’est que votre système digestif et que votre transit intestinal fonctionnent bien. Le système digestif distingue les nutriments favorables à l’organisme, des déchets. Lorsqu’on s’alimente, le système digestif se met en route. Les aliments passent par l’estomac où, à l’aide des sucs digestifs, ils sont broyés et deviennent liquides. Les nutriments sont absorbés au niveau de l’intestin grêle, tandis que l’eau et sels minéraux sont absorbés dans le gros intestin (côlon). C’est dans cet endroit que se forment les déchets qui sont amenés au rectum. Son remplissage amène la défécation. Comme la transpiration ou l’urine, les selles éliminent les déchets de l’organisme.

    En général, l’évacuation de la matière fécale doit avoir une fréquence qui peut aller de deux fois par jour jusqu’à trois fois par semaine. Au delà ou en deçà, on parle de diarrhée ou de constipation. Il est important d’aller à la selle quand vous en ressentez le besoin et de ne pas vous retenir. Aller à la selle, garantit le maintient de votre transit intestinal et les apports bénéfiques en matières de nutriments, d’eau et de sels minéraux à votre organisme.

    Bon à savoir : La présence de sang dans les selles doit faire l’objet d’une consultation chez le médecin même si les raisons sont bénignes. Dans les cas les plus graves, le sang dans les selles est peut être lié aux symptômes d’un cancercolorectal. Le cancer colorectal est l’un des plus fréquents. Il touche à la fois les hommes et les femmes. Le cancer du pancréas touche plus les hommes que les femmes. Il est moins répandu mais il reste très menaçant. Les symptômes du cancer du pancréas se manifestent assez tardivement, les selles deviennent décolorées. Les dépistages de « saignements occultes »1 sont primordiaux car ils permettent de vérifier la présence de sang invisible à l’œil nu. Ces dépistages s’effectuent généralement entre 50 ans et 74 ans, à raison d’un contrôle tous les deux ans.

    source : http://www.passeportsante.net

     

     


    votre commentaire
  • Au sujet de l'eau, de l'aspirine et de la crise cardiaque

    Beaucoup de gens disent qu'ils ne veulent pas boire avant d'aller se coucher pour ne pas être obligés de se lever la nuit pour aller aux toilettes.

    Un cardiologue a précisé pourquoi les gens doivent tant uriner la nuit :

    • Quand vous êtes debout ou assis, la force de gravité retient l’eau dans la partie inférieure de votre corps. C'est la raison pourquoi les jambes peuvent enfler.
    • Quand vous êtes couché, la partie inférieure de votre corps cherche un équilibre avec les reins. Alors les reins éliminent l'eau ensemble avec les déchets parce qu’à ce moment-là c'est plus facile. L'eau est essentielle pour éliminer les déchets de votre corps.

     

    J'ai demandé au cardiologue quel moment est le plus favorable pour boire de l'eau. Il m'a répondu :

    • Boire de l'eau à des moments bien définis en maximalise l’efficacité dans le corps.
      • 2 verres d'eau juste après le réveil active les organes internes.
      • 1 verre d'eau 30 minutes avant chaque repas améliore la digestion.
      • 1 verre d'eau avant de prendre un bain (ou douche) diminue la tension artérielle.
      • 1 verre d'eau avant de vous coucher, évite un accident vasculaire cérébral ou cardiaque
    • Boire de l'eau avant de vous coucher, évite d'avoir des crampes dans les jambes pendant la nuit. Vos muscles des jambes, quand il y a des crampes, sont notamment en recherche d'eau et d'humidité.

     

    Le Dr. Virend Somers est un cardiologue de la clinique Mayo. D'autres conseils au sujet de l'aspirine :

    • Si vous prenez une aspirine tous les jours, le mieux c'est de la prendre le soir. La raison : l'aspirine a une "mi-durée" de vie de 24 heures. Donc : si la plupart des crises cardiaques se passent au petit matin, l'aspirine dans votre corps sera alors au plus fort.
    • Les aspirines peuvent se garder pendant de longues années dans votre petite pharmacie. En vieillissant elles ont l'odeur du vinaigre.
    • Pourquoi garder des aspirines sur votre table de chevet ? En dehors de douleurs dans le bras gauche, il y a encore d'autres symptômes signalant une crise cardiaque : des douleurs intenses dans le menton (et la maxillaire), la nausée et une forte transpiration… Mais ces symptômes se présentent moins souvent.
    • Notez : lors d'une crise cardiaque il est possible que vous n’ayez AUCUNE douleur dans la poitrine. Si jamais vous vous réveillez à cause de douleurs intenses dans la poitrine, avalez immédiatement deux aspirines avec un peu d'eau.
      • Dites au téléphone : "crise cardiaque"! et également que vous avez pris 2 aspirines.
      • Asseyez-vous sur une chaise près de la porte d'entrée et attendez les secours.
      • SURTOUT !!! NE VOUS COUCHEZ PAS !

     

    TRANSFÉREZ,  ÇA PEUT SAUVER DES VIES !

     


    votre commentaire
  • Le come-back de l'huile de cocoLongtemps déconsidérée, elle est devenue hyperprisée, conseillée tant au rayon santé que beauté. Pourquoi ce revirement? Et qu’en est-il vraiment de ses vertus? On fait le point.

    Exotique, la noix de coco? Plus vraiment, pour qui traverse régulièrement les allées des supermarchés. Le plus souvent, elle y est vendue dans des conserves ou des pots en verre, sous la forme d’huile, de lait ou de crème. La différence? L’huile (qui devient du beurre à moins de 20 degrés) vient de la pression et de la séparation de la fraction lipidique de la pulpe fraîche des noix de coco, tandis que la crème et le lait sont issus du mélange de cette chair broyée avec de l’eau.

    Histoire d’un revirement

    L’usage culinaire de la noix de coco n’est pas une nouveauté. Utilisée depuis toujours en Asie et en Afrique où elle est produite, elle a également trouvé sa place dans les cuisines des Américains, puis en Europe, jusque dans les années 60-70. Elle a ensuite été abandonnée sous la pression des industries d’autres huiles (maïs, soja, colza), et parce qu’on lui reprochait d’être nocive, du fait de sa haute teneur en acides gras saturés. Avec un taux de 90%, elle est en effet le produit végétal qui en contient le plus. Or ces graisses ont longtemps été accusées d’être à l’origine du surpoids et des maladies cardio-vasculaires. Sauf que, depuis les années 2000, cette information a été largement contredite par la science.

    Les gras qui font mincir

    Non, les acides gras saturés ne sont pas mauvais pour la santé. Du moins ne se valent-ils pas tous, explique le nutritionniste Valerio Rizzo: «La plupart des acides gras présents dans notre alimentation (viande, lait…) sont dits «à longue chaîne», (TCL). Mais l’huile de noix de coco contient surtout des acides gras «à chaîne moyenne» (TCM), qui sont métabolisés différemment: contrairement aux TCL (qui sont stockés sous forme de graisse, ndlr), ils vont directement vers le foie et sont utilisés comme une source d’énergie.» Selon le nutritionniste, c’est ce qui fait d’eux un allié de la perte de poids. D’autant plus qu’à l’instar de tout corps gras c’est un coupe-faim efficace.

    Du «bon cholestérol»

    Mais qu’en est-il donc des taux de cholestérol, que les acides gras saturés feraient augmenter? Là encore l’huile de coco semble sortir du lot: ses gras sont principalement présents sous la forme d’acide laurique, qui augmente le taux de ce fameux «bon cholestérol» (HDL). A l’inverse du beurre, par exemple, autre source importante de gras saturés, mais sous la forme d’acides palmitiques, qui élèvent le taux de «mauvais cholestérol» (LDL) dans le sang.

    Antialzheimer et anticancer?

    Depuis environ cinq ans, les études se multiplient qui mettent en lien la consommation de l’huile de coco avec la lutte contre l’obésité abdominale, la résistance à l’insuline, l’hypertension, l’épilepsie, l’alzheimer et certains cancers. Si l’on devait n’en citer qu’une: les conclusions d’une recherche, publiées en juillet dernier, avançaient qu’elle avait un pouvoir inhibiteur sur des hormones (peptide bêta-amyloïde) qui jouent un rôle clé dans le développement de l’alzheimer.

    Effet de mode

    Alors, huile miracle? Sans remettre en question ces recherches, la naturopathe Mélanie Refine tempère: «La nutrition subit autant d’effets de mode que le prêt-à-porter! A chaque saison il faut un nouveau produit en une. C’est ainsi qu’un aliment fait soudain l’objet de quantité d’études, souvent intéressantes, mais aussi parfois menées de façon douteuse. Puis ce succès met à l’écart les autres produits. Comparativement, nous avons encore peu d’études sur les effets potentiellement bénéfiques sur la santé des acides gras saturés du beurre traditionnel. Or il serait plus sain, au moins pour notre environnement, d’utiliser un produit local plutôt que de faire venir l’huile de coco de l’autre bout du monde, souvent hautement raffinée et hors des circuits bios!»

    Le nutritionniste Valerio Rizzo est d’accord avec l’experte sur un point: «Des études sur l’huile de coco font mention des bienfaits des polyphénols qu’elle contient. Or ils sont présents aussi en grande quantité dans celle d’olive!»

    Plus ou moins écolo?

    Cependant, l’argument écologique ne le satisfait pas: «L’huile de coco est faite dans des pays où la production d’huile de palme reste très majoritaire et est bien plus dommageable pour l’environnement (destruction de forêts, monoculture…). L’huile de coco offre donc à ces pays la chance de diversifier leur économie et de réduire l’impact écologique. De plus, elle est souvent issue de productions bios et du commerce équitable. Donc, acheter local paraît certes plus logique, mais consommer plus loin est parfois plus humanitaire, et même écologique.»

    Bon sens et audace

    Alors, que choisir au rayon huiles? «Faire preuve de bon sens», suggère Mélanie Refine, «et d’audace», ajoute Valerio Rizzo. Le bon sens nous intime de ne pas remplacer toutes nos sources de gras par de l’huile de coco, ni à foncer sur tout produit sous prétexte qu’il contient le précieux fruit: les transformations qu’elle a subies pourraient lui faire perdre tout intérêt nutritionnel. Il est impératif de viser la qualité: la choisir vierge de première pression, et bio (les matières grasses gardant tous les pesticides). L’audace, elle, nous suggère de glisser plus souvent cette saveur exotique dans nos plats. Les idées de recettes sont pléthores en ligne. C’est l’intérêt de choisir un produit à la mode.

    3 autres usages de l’huile de coco

    1. Pour blanchir les dents
    Utilisée en gargarisme, l’huile de noix de coco permet de blanchir les dents et de les débarrasser des taches. Prenez une cuillerée à soupe d’huile, remuez-la dans la bouche durant 15 à 20 minutes, et recrachez. A effectuer quotidiennement.

    2. Pour hydrater les lèvres
    Réparatrice et hydratante, l’huile de coco, une fois durcie, devient un excellent baume à lèvres. Versez un peu d’huile de coco dans un petit pot en verre ou en métal, placez-le au frais pour qu’elle de solidifie. Il suffit de l’étaler sur les lèvres du bout du doigt pour une hydratation intense.

    3. Sur le corps et les cheveux
    Ultranourrissante, elle convient bien aux peaux et cheveux secs. A répandre sur les cheveux avant le shampooing et à appliquer après la douche sur le corps, en insistant sur les coudes, talons et genoux. Quelques gouttes peuvent également être appliquées sur le visage si nécessaire.


    votre commentaire
  • Huiles de cuisine : 6 graves erreurs à éviter (la n°4 est la pire)Cher(e) ami(e) de la Santé,

    Cela peut paraître difficile à croire, mais bien choisir votre huile de cuisine est un des gestes les plus importants que vous puissiez faire pour votre santé.

    Si vous faites le bon choix, vous pouvez sans effort améliorer votre tour de taille et gagner des années de vie en bonne santé.

    A l’inverse, plusieurs huiles répandues ou « à la mode » augmentent drastiquement votre risque de mourir foudroyé par un infarctus.

    Ce n’est donc pas le moment de vous tromper, surtout que vous en avalez probablement tous les jours, en assaisonnement ou en cuisson.

    Mais comment s’y retrouver, au milieu de tant d’informations contradictoires… et tant d’huiles différentes ?

    Entre les huiles classiques – huile de tournesol, d’arachide, d’olive, de soja, de colza – les plusspécifiques – huile de lin, de pépin de raisin, de noix – et les franchement confidentielles – huile de perilla, de cameline, de son de riz ou de pépin de courge, il y a de quoi s’y perdre.

    Heureusement, comme vous allez le voir, faire le bon choix est simple, moins coûteux qu’on ne le croit, et franchement délicieux.

    Mais pour cela, il faut se défaire des 6 erreurs et contre-vérités qui empoisonnent nos cerveaux depuis les années 1970 :

    Erreur n°1 : Se priver volontairement d’huile parce que ce serait « trop gras »

    Vous auriez dû voir le visage abasourdi d’une bonne amie à moi lorsque, attablé à déjeuner, j’ai arrosé généreusement mes courgettes d’huile de colza.

    « Comment fais-tu pour rester mince avec une telle habitude ?? »

    Pour elle, les huiles végétales étaient très grasses, très caloriques. Et c’est incontestable :

    – Les huiles sont composées à 99 % de graisses (lipides).

    – Et les graisses sont très caloriques – pour être précis, un gramme de lipide est 2,25 fois plus calorique qu’un gramme de glucide (sucre) ou de protéine.

    Mais cela ne veut pas dire qu’il faut éviter les graisses pour maigrir. C’est même une des erreurs nutritionnelles les plus malheureuses de ces 30 dernières années.

    Car c’est le contraire qui est vrai : les graisses saines (huiles, avocats, noix, poissons gras) sont des atouts minceur car elles permettent d’arriver à satiété plus rapidement.

    Vous serez « calé » plus facilement par des aliments riches en bonnes graisses que par des glucides comme le pain, les pâtes ou les pommes de terre.

    Ainsi, les bonnes graisses vous permettent de manger moins de calories au total, sans que vous n’ayez besoin de vous restreindre.

    On voit l’absurdité de la diabolisation du « gras » qui a eu lieu pendant des décennies. Heureusement, une prise de conscience est en train de se produire.

    En 2013, la Suède a ouvert le bal. Après avoir passé en revu plus de 16 000 études scientifiques, son comité d’experts a reconnu que le meilleur régime contre l’obésité et le diabète était… un régime faible en glucides et non un régime faible en graisses. [1]

    Voilà pourquoi il ne faut surtout pas lésiner sur les huiles de qualité, même si elles sont « grasses ».

    Ne pas lésiner, cela signifie prendre chaque jour :

    – Pour un homme : environ 4 cuillères à soupe d’huile

    – Pour une femme : environ 3 cuillères à soupe d’huile

    C’est la dose qui vous permet d’avoir une alimentation bien proportionnée, composé d’un peu plus de 15 % de matières grasses ajoutées. [2]

    Mais attention à ne pas choisir n’importe quelle huile :

    Erreur n°2 : Consommer les huiles végétales qui ruinent votre cœur – tournesol, maïs, pépin de raisin

    Ces huiles sont à fuir à tout prix.

    Aucun peuple sur terre n’en a fait une consommation traditionnelle. Il faut dire que leur méthode de production industrielle est tout sauf naturelle : ces huiles sont généralement extraites à haute température ou à l’aide de solvants pétro-chimiques.

    Plus grave : elles regorgent d’omégas-6.

    Les omégas-6 font partie, comme les omégas-3, des acides gras dits « essentiels », que notre organisme ne peut produire seul.

    Ils ne sont pas mauvais en soi. Mais le problème est que notre alimentation moderne comportebeaucoup trop d’omégas-6 et insuffisamment d’omégas-3.

    On estime que l’idéal santé se situe autour d’un ratio de 3 omégas-6 pour 1 oméga-3.

    Mais depuis un demi-siècle, nous consommons en moyenne plus de 15 omégas-6 pour 1 seul oméga-3, soit un ratio de 15 pour 1 !

    Ce déséquilibre a des conséquences désastreuses pour notre santé [3] :

    – Il augmente drastiquement le risque d’infarctus : plusieurs études ont montré que la consommation d’huiles végétales riches en omégas-6 favorise les maladies cardiaques ; [4]

    – Il accélère le vieillissement et favorise les maladies inflammatoires chroniques (arthrose, diabète, etc.). La raison est que l’excès d’omégas-6 dégrade les cellules de notre corps en les soumettant à un « stress oxydatif » qui les conduit à rouiller progressivement (comme un morceau de métal abandonné à l’air libre) ;

    – Et comme si cela ne suffisait pas, l’excès d’omégas-6 est soupçonné de provoquer le cancer, et en particulier le cancer du sein. [5]

    Voilà pourquoi vous devez veiller à respecter un bon l’équilibre entre omégas-6 et omégas-3 dans votre alimentation.

    Or l’huile de tournesol a un ratio catastrophique de 71 pour 1. L’huile de maïs de 57 pour 1. L’huile de pépin de raisin, très à la mode, est l’une des pires, avec un ratio de 72 pour 1 !

    Les consommer régulièrement, c’est se donner toutes les chances de se rendre malade.

    Erreur n°3 : Se passer des fabuleux anti-oxydants de l’huile d’olive

    L’huile d’olive est plus équilibrée, avec un ratio omégas-6 / oméga-3 de 11 pour 1.

    Ce n’est pas encore l’idéal – d’autres huiles font beaucoup mieux, comme nous le verrons.

    Mais il serait criminel de se priver totalement de cette huile traditionnelle, utilisée abondamment dans l’Egypte ancienne, l’antiquité romaine et bien sûr tout autour de la Méditerranée.

    Car l’huile d’olive a d’impressionnants atouts santé dans sa manche.

    Une étude récente réalisée sur 4 152 femmes a montré qu’un régime méditerranéen riche en huile d’olive extra-vierge diminue nettement le risque de cancer du sein par rapport à un régime pauvre en graisses. [6]

    D’autres études ont montré que l’huile d’olive limite l’élévation du taux de glucose après le repas , et réduit le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) de 26 % . [7] [8]

    Son secret ? Elle est particulièrement riche en polyphénols, ces substances bénéfiques que l’on trouve également dans les baies, le thé vert ou le vin rouge (tanin).

    Or d’innombrables études ont montré que les polyphénols avaient des effets anti-oxydants, anti-inflammatoires et anti-cancer.

    Voilà pourquoi il serait regrettable de se passer de l’huile d’olive.

    Simplement, pour respecter un bon ratio oméga-6/oméga-3, l’idéal est de la mélanger avec une autre huile riche en omégas-3.

    Comme la superbe huile de colza.

    Erreur n°4 (la plus grave) : Se priver des incroyables omégas-3 de l’huile de colza

    L’huile de colza est une huile gravement sous-utilisée en Europe.

    C’est pourtant une huile traditionnelle, consommée depuis des centaines d’année en Asie. Elle fait partie du régime d’Okinawa, l’île japonaise où l’on trouve le plus grand nombre de centenaires au monde.

    En France, la popularité de l’huile de colza a été tristement abîmée, au début des années 1970, lorsqu’une étude isolée (jamais confirmée depuis, bien au contraire) a rapporté des effets négatifs sur les rats.

    Ironie du sort : c’est l’huile de tournesol qui est sortie gagnante de ce duel. Avec la publicité massive de l’industriel Unilever (qui fabrique également du liquide-vaisselle, de la lessive etc.), elle est même devenue l’huile la plus consommée par les Français… malgré ses effets dévastateurs pour la santé !

    L’huile de colza, au contraire, a d’incroyables bienfaits pour le cœur.

    La preuve la plus spectaculaire est venue d’une étude conduite par le docteur Michel de Lorgeril et publiée dans la plus prestigieuse revue médicale existante, The Lancet.

    Les chercheurs ont recruté plus de 600 patients ayant déjà eu un accident cardiaque (infarctus). La moitié d’entre eux devait suivre les conseils habituellement donnés par les cardiologues à leurs patients (arrêt du tabac, exercice physique, etc…). L’autre devait adopter un régime « méditerranéen », enrichi en huile de colza.

    En mars 1993, les premiers résultats sont tombés. Stupéfiants : on ne comptait pas moins de 20 décès dans le groupe « cardiologue », contre 8 seulement dans le régime « colza » ! [9]

    Au total, les chercheurs estiment aujourd’hui que l’huile de colza réduit de 62 % le nombre d’accidents cardiaques et de 50 % le nombre d’infarctus du myocarde. Ce sont des résultats à peine croyables, 10 fois supérieurs au meilleur des médicaments.

    Ils s’expliquent par la richesse de l’huile de colza en omégas-3.

    Notez que l’huile de lin et, dans une moindre mesure, l’huile de noix et de soja comportent aussi beaucoup d’omégas-3.

    Mais ces huiles sont moins bien équilibrées que l’huile de colza, qui a un ratio omégas-6 / omégas-3 parfait de 2 pour 1.

    Erreur n°5 : Cuire les huiles de qualité à haute température

    Toutes les huiles ne sont pas égales devant la cuisson.

    Pour l’huile de lin, c’est simple : il ne faut jamais la cuire !

    L’huile de colza est dans une situation intermédiaire. Contrairement à une idée reçue, elle peut être utilisée en cuisson, à température moyenne. Elle est stable au moins jusqu’à 160° (feu 6 sur une échelle de 1 à 9) mais déconseillée au-delà.

    L’huile d’olive supporte mieux la chaleur. Elle est parfaitement stable jusqu’à 180 degrés (feu chaud, 7/9) mais commence à perdre ses propriétés à partir de 190 degrés. [10]

    A plus haute température, c’est l’huile de coco qu’il faut privilégier : elle est quasiment inoxydable !

    C’est une huile étonnante dont nous reparlerons. Utilisée traditionnellement en médecine ayurvédique, elle est de loin la meilleure huile pour la cuisson à haute température et contient des substances très prometteuses pour les malades d’Alzheimer.

    Mais n’oubliez pas que les cuissons douces sont les meilleures pour la santé, l’idéal étant même celles à basses température (moins de 100°), par exemple à la vapeur ou à l’étouffée.

    Erreur n°6 : Choisir des huiles raffinées et mal les conserver

    En supermarché ou en boutique diététique, votre réflexe doit être simple : privilégiez les huiles vierges contre les huiles raffinées.

    Les huiles raffinées sont obtenues par un procédé industriel qui supprime une partie des bons antioxydants (polyphénols, vitamine E), dégrade les omégas-3 et contribue à la formation de nouvelles molécules néfastes pour la santé.

    Choisissez donc toujours des huiles extra vierges.

    Elles sont fabriquées avec les procédés les plus naturels. Qui conservent toutes leurs propriétés santé… et leur saveur unique.

    Certes, elles sont un peu plus chères, mais c’est un investissement de longue durée à mon avis indispensable – contracter une maladie du cœur est très coûteux…

    Mais attention : parce qu’elles sont plus riches en vitamines et omégas-3, les huiles végétales non raffinées sont aussi plus fragiles.

    Mises au contact de la chaleur, de l’air et de la lumière, elles ont tendance à s’oxyder, exactement comme une pomme croquée brunit à l’exposition de l’air.

    C’est la raison pour laquelle il faut toujours acheter votre huile dans des bocaux opaques, et non transparents. Puis les conserver dans un placard, à l’abri de la lumière et à température ambiante (si possible ne dépassant pas 20°).

    L’huile de colza étant plus fragile que l’huile d’olive, il vaut mieux la conserver au réfrigérateur après ouverture et la consommer dans les 3 mois qui suivent.

    Notez que l’huile de lin est encore plus délicate et devient même toxique une fois oxydée. Elle doit donc impérativement être consommée dans les 3 semaines suivant l’ouverture (mais rassurez-vous, si elle rancit, vous le sentirez immédiatement au goût).

    Mon utilisation personnelle des huiles de cuisine

    Je raffole de l’huile de colza et de son petit goût de noisette.

    J’en verse toujours sur mes légumes vapeur (brocolis, courgettes, fenouil, etc.) : non seulement cela leur donne un goût prodigieux, mais cela me permet de mieux absorber leurs vitamines « liposolubles » (= solubles dans la graisse).

    Dans mes salades, je mélange généralement l’huile d’olive et de colza, moitié-moitié. J’obtiens ainsi une répartition quasi-idéale des acides gras essentiels (omégas 3, 6 et 9). Et cela me permet d’associer deux formes différentes de vitamine E, celle du colza et celle de l’olive.

    Voilà comment j’atteins mes 4 cuillères à soupe d’huile par jour (enfin, je crois, car je ne calcule pas au millimètre).

    Je n’utilise les autres huiles qu’occasionnellement. L’huile de coco pour la cuisson à haute température. Et, de temps en temps, pour diversifier l’assaisonnement : huile de lin, de noix, de noisette ou de macadamia. Chères, et pas idéalement équilibrées, ce sont des « huiles de fête » (les enfants adorent varier les plaisirs).

    Quant aux autres huiles dont je n’ai pas parlé, comme l’huile de perilla, de chanvre ou de cameline, elles peuvent avoir des propriétés intéressantes mais ne valent à mon avis pas leur coût très élevé.

    Privilégiez la simplicité, c’est ce qu’il y a de plus durable !

    Bonne santé !

    Par Xavier Bazin /  6 juin 2016 www.sante-corps-esprit.com

     


    votre commentaire
  •  

    - J’aide,J'augmente mon taux vibratoire

    - Je donne,

    - Je danse,

    - Je visualise,

    - Je respecte,

    - Je me souris,

    - Je pardonne,

    - Je lâche prise,

    - J’ai confiance,

    - Je suis lumière,

    - Je me respecte,

    - Je suis patient(e),

    - Je suis optimiste,

    - Je suis créatif(ve),

    - Je suis généreux(se),

    - J’écoute mon corps,

    - Je suis bienveillant(e),

    - Je suis persévérant(e),

    - J’écoute mon intuition,

    - Je fréquente mes amis,

    - Je reste toujours calme,

    - Je suis reconnaissant(e),

    - Je me trouve un objectif,

    - Je respire, en conscience,

    - Je prononce le son AUM/OM,

    - Je prends du temps pour moi,

    - Je me rapproche des animaux,

    - J’affirme des choses positives,

    - Je parle toujours positivement,

    - Je vie et je pense positivement,

    - Je privilégie les termes positifs,

    - J’aère ma maison tous les jours,

    - Je me protège énergétiquement,

    - J’ai de la compassion pour autrui,

    - J’accueille la vie comme elle vient,

    - J’agis pour atteindre mon objectif,

    - Je chante même si ma voix déraille,

    - Je bois des tisanes de plantes (BIO),

    - Je câline mon animal de compagnie,

    - Je fais un développement personnel,

    - J’apprécie mon reflet dans le miroir,

    - J’aime la vie, j’aime autrui, je m’aime,

    - Je vie dans l’idée de toujours avancer,

    - Je vie dans une maison propre et rangée,

    - Je partage des activités avec mes enfants,

    - Je m’éveille et j’aide les autres à s’éveiller,

    - Je vis le moment présent ici et maintenant,

    - J’inspire les autres, je m’inspire moi-même,

    - Je me fais plaisir, dans tous les sens du terme,

    - Je purifie ma maison et la protège : géobiologue,

    - Je m’entoure de pierres minérales (lithothérapie),

    - Si besoin je vais voir un énergéticien, magnétiseur,

    - J’ose demander de l’aide, et j’accepte de la recevoir,

    - Je visite des sites sacrés, des hauts-lieux énergétiques,

    - Je tire quelque chose de positif dans toutes situations,

    - Je suis tolérant(e)envers les autres et envers moi-même,

    - Je prends conscience de mes compétences, mes qualités,

    - Je privilégie les formulations positives sans « ne pas »,

    - Je ris, je prends les choses avec légèreté, je suis rempli de joie,

    - Je mange sainement, avec des aliments ayant un taux vibratoire vivant,

    - Je fais de la luminothérapie (lumières tamisés qui changent de couleurs),

    - Je masse mon partenaire, mes enfants, je me fais masser par mon partenaire,

    - J’ose porter de la couleur, me faire beau/belle, me parfumer, m’habiller etc…

    - Je me sers de la technologie à bon escient (éviter les abus sur le net, wifi, etc…),

    - Je bois beaucoup d’eau, je fais des bains, je nage, je me mets au contact avec l’eau,

    - Je prends racine auprès de la Terre-Mère, je me connecte à la nature, et la respecte,

    - Je souris, et on me sourit en retour, je dis bonjour dans la rue, et je leur dis « soyez heureux »,

    - Je bouge, je fais du sport, ou du yoga, de l’élastique-band, du vélo, du vélo-elliptique, je marche etc…

    - Je regarde plein de choses qui me plaisent (photos,vidéos, beaux textes, belles citations, belles images),

    - J’écris et quand je sens le besoin de me purifier, j’écris mes émotions noir sur blanc et je brûle la feuille,

    - Je lis des livres qui m’intéressent (psychologie,spiritualité, développement personnel, romans, etc..),

    - J’écoute de la musique qui me fait vibrer (musiques diverses, calmes, classiques, MMD, voix vibrante, 528 Hz, 432Hz, mantras, bols tibétains…)

    - J’ai de la gratitude,et je remercie tous les jours plusieurs choses/personnes (minimum 3 remerciements par jour, minimum…),

    - Je m’inspire de mes proches, ou de personnes qui me stimulent positivement, qui ont réussi et qui peuvent me soutenir, me conseiller,

    - Je fais ce qu’il me plaît (hobbies, peinture, sport, chant, dessin, photographie, promenade, écrire, pâtisserie, cuisine, bricolage, tricots, perles, etc…) + j’apprends pleins de choses !

    - J’utilise des bougies blanches non parfumées pour leur énergie (pour mes vœux, pour faire passer les âmes errantes ou les âmes de mes proches défunts, purifier ma maison, faire appel à mes guides pour augmenter mon taux vibratoire/me purifier/m’aider/me soigner/ m’accompagner/me recharger,etc…)

    - Je médite, et s’il me manque un apprentissage en méditation alors je tente de me détendre un maximum en écoutant de la musique de relaxation, méditation, zen, etc… jusqu’à ce que je me sente légèr(e), sur un nuage,

    - Je profite de toutes situations me permettant d’être proche d’ions négatifs : ballade après un orage, promenade au bord de mer, en forêt, à la campagne, au soleil, je mets un ionisateur chez moi avec des huiles essentielles douces,

    - J’organise/Je participe à des événements « free hugs » (rassemblement de personne avec une pancarte ayant comme écriteau « câlins gratuits », les passants au fur et à mesure lâchent prise, et vous câlinent à tour de rôle, ça vous fait du bien, et à eux aussi…)

    Parlons en aussi

    - J’ai le droit de pleurer,

    - J’arrête de me plaindre,

    - J’arrête d’être pessimiste,

    - Je fuis les énergies basses,

    - J’évite d’imposer mes idées,

    - J’évite de ressasser le passé,

    - Je fais le deuil de mon passé,

    - Je purifie mes vieilles émotions, colères etc…

    - Je laisse le libre arbitre aux autres et à moi-même,

    - Je cesse de culpabiliser ou de faire culpabiliser les autres,

    - J’évite d’interpréter les paroles/gestes/choix des autres,

    - J’évite au maximum le téléphone portable, le micro-onde,

    - Je supprime les pollutions mentales (pub, TV, Radios, Médias, etc…)

    - Je prends conscience de mes peurs, pour surmonter/effacer mes peurs,

    - Je sors de ma posture de victime, de persécuteur et/ou de sauveur (triangle dramatique de karpman)

    - Je me débarrasse des vibrations négatives, j’extériorise une bonne fois ce que j’ai sur le cœur, et passe au-dessus de tout ceci pour avancer,


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • femme et homme pause

    Une surprenante nouvelle enquête nous révèle, que la majorité des femmes se sentent libérées sexuellement et sont plus actives après avoir traversé la ménopause, et leurs maris feraient mieux de faire attention, car elles pensent également à prendre un amant.

    L’enquête menée par Victoria Milan – un site de rencontres extra-conjugales pour personnes en couple – a permis d’interroger 3 589 femmes membres du site, concernant leur vie sexuelle après la ménopause, pour savoir si leur vie sexuelle s’était améliorée ou alors si comme 80% des femmes le craignent, elles deviennent moins actives sexuellement.

    Les résultats sont étonnants, 7 femmes sur 10 avouent avoir une libido égale voir même plus intense qu’auparavant. Lorsque l’on enlève le risque de grossesse non désirée, 72% nous disent qu’elles se sentent libérées et peuvent ainsi apprécier le sexe plus ouvertement.

    Les maris et partenaires devraient intensifier leur jeu, car plus de femmes ont tendance à avoir une aventure après ce changement. Près de la moitié des femmes interrogées affirment que la sexualité avec leur partenaire n’est pas au top, et que leur liberté sexuelle retrouvée fait naitre l’idée de prendre un amant pour 63% d’entre elles.

    Le préjugé disant que la libido d’une femme se tarit après la ménopause est expliqué par plus de 80% des femmes interrogées, nous avouant qu’elles ont tendance à cacher l’augmentation de leur appétit sexuel par peur d’être mal jugées.

    Selon Sigurd Vedal, PDG et Fondateur de Victoria Milan, l’enquête démontre que les femmes ne devraient pas voir la ménopause comme un signe qu’elles ont atteint leur date limite de consommation.

    « Cette enquête montre que la ménopause ne doit être vue que de façon positive : plus de crampes, plus de risque de grossesse et selon les membres : une libido accrue. A partir des données que nous avons collectées, il semblerait que la ménopause soit la meilleure chose qui puisse arriver dans la vie sexuelle d’une femme », nous dit M. Vedal.

    Résultats de l’enquête
    Sur 3 589 femmes ménopausées membres de Victoria Milan parmi 22 pays

    Avez-vous toujours de l’appétit sexuel depuis la ménopause ?
    Oui autant, voir plus 69%
    Non, ça a diminué 31%

    Vous sentez-vous plus libre sexuellement, maintenant que vous n’avez plus le risque de tomber enceinte ? 
    Oui, je ressens cette liberté d’apprécier le sexe différemment 72%
    Non, c’est pareil 28%

    Avez-vous plus de relations sexuelles avec votre partenaire depuis la ménopause ? 
    Oui, je suis plus active 53%
    Non, nos relations sexuelles ne sont pas très bonnes 47%

    Avez-vous pensé à avoir un amant depuis la ménopause ? 
    Oui, j’ai envie de vivre ma vie pleinement 63%
    Non, j’ai déjà eu des amants auparavant 37%

    Copié/collé de santecool.net


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique