• Je vivais le célibat comme une malédiction…Témoignage d'une matin-magicienne de Marie-Pier Charron.

    J’ai vécu un divorce dont j’ai eu du mal à me remettre. Je suis ensuite restée célibataire pendant de longues années, sans comprendre pourquoi.

    La danse était une passion depuis mon enfance. Redevenue célibataire, j’ai repris des cours de danse à deux et je sortais danser. J’ai longtemps espéré rencontrer un danseur avec qui partager ma vie. Mon plaisir de danser était enseveli par l’espoir de rencontrer la «bonne» personne, ce qui améliorerait ma vie. Je vivais dans un futur que j’imaginais meilleur, ce qui m’empêchait, sans en avoir conscience, d’être présente à moi-même et à ma vie.

    Un jour où je souffrais de solitude, j’ai eu une vision de moi attendant le prince charmant. J’ai trouvé cette situation ridicule et sans issue. J’ai alors décidé d’arrêter la danse. J’avais la conviction que je ne rencontrerais pas l’homme de ma vie dans ce milieu, et, surtout, j’ai eu une pensée, venue de je ne sais où (et c'est là le miracle!), qui a changé le cours de ma vie. Il m’est soudainement apparu que je devais profiter de ce temps de célibat pour m’amuser et faire tout ce que je ne pourrais plus faire lorsque nous serions deux. Cette pensée était accompagnée d’une puissante conviction que ce temps bienheureux de célibat m’était compté.

    Moi qui vivais jusqu’alors le célibat comme une malédiction, j’ai alors commencé à vivre avec ce nouvel état d’esprit. Je me suis inscrite à un nouveau cours de théâtre offert près de chez moi. Non seulement cette activité que je découvrais m’a plu, mais en outre, elle m’a permis de rencontrer des personnes de mon quartier et de sortir ensuite avec elles pour voir des spectacles de théâtre, aller au restaurant, etc.

    Bref, je vivais ma vie, je m’amusais et je n’avais qu’une envie, c’était que cela dure! Je voyais les hommes comme des êtres ordinaires et non plus comme des compagnons potentiels de vie. À tel point qu’un homme a fait le paon devant moi pendant neuf mois sans que je le remarque. Il m’a alors fait une déclaration d’amour. J’étais à la fois touchée par sa sincérité et gênée de devoir lui faire comprendre que son intérêt pour moi n’était pas réciproque. Je me disais que puisque je ne l’avais jamais remarqué, alors que je le voyais régulièrement, il n’était pas l’homme de ma vie. Mais des amies à qui je m’étais confiée m’ont encouragée à le connaître davantage. Le lendemain, je suis donc retournée parler à cet homme en lui disant que j’acceptais qu’on se voie en tête à tête afin de nous connaître davantage, mais sans engagement de ma part. J’avais de grandes réserves et j’avais peur de blesser cet homme qui m’avait ouvert son cœur, si ce rendez-vous confirmait mon manque d’intérêt pour lui, comme j'en avais alors l'impression.

    C’était il y a onze ans. Nous sommes maintenant unis par les liens du mariage. Le conte de fées auquel je ne pensais plus s’est produit… parce que je ne l’attendais plus, je crois.

    Je souhaite que mon histoire puisse aider ceux qui attendent quelque chose depuis longtemps et qui désespèrent de reprendre goût à la vie, c’est-à-dire de reprendre goût à leur vie. C’est ce miracle qui fait arriver tous les autres.

    Isabelle, France 


    votre commentaire
  • fille regarde femme hopital

    Durant de nombreuses années, je me suis battue contre la dépression, puis contre l'anxiété chronique. J'ai vécu pendant toute ma vie avec une boule au ventre perpétuelle, rendant plus compliqué encore le moindre choix, la moindre épreuve de vie. Bien sûr, j'ai rencontré un thérapeute formidable, qui m'a aidée à surmonter et à travailler tout cela. Mais malgré plusieurs années de travail rigoureux et efficace, un sujet continuait de me terroriser particulièrement : l'idée d'avoir un cancer. J'étais également terrorisée par tout ce qui touchait les soins médicaux, de la prise de médicaments aux piqûres, en passant par les examens exploratoires en tous genres. Le monde médical, en général, me terrifiait.

    Bien entendu, l'année dernière, la Vie s'est chargée de me confronter à ma peur viscérale lorsqu'on m'a diagnostiqué un cancer du sein. Je me suis, comme cela était prévisible, enfoncée dans une angoisse sans fond les premiers jours.

    Puis, j'ai cherché des solutions. Mon thérapeute m'ayant initiée à la méditation de pleine conscience, je me suis dit que ça serait peut-être, enfin, l'occasion de la tester pour de bon, en «situation réelle». Je m'y suis donc remise, un peu chaque jour, puis un peu plus, puis encore un peu plus. Au début, cela ne marchait pas bien. Je n'arrivais qu'à sentir encore plus le flux de mes angoisses, j'en sortais tout à fait paniquée, souvent en larmes. Puis, petit à petit, cela a commencé à s'apaiser...

    Mais c'est la veille de l'opération que mon miracle s'est produit. Je devais subir un examen très douloureux qui consistait à injecter un produit très brûlant dans les canaux galactophores (je crois que c'est comme ça que cela s'appelle), afin de rendre visibles les ganglions lors de l'opération.

    Le médecin m'a immédiatement prévenue : «madame, préparez-vous, ça va être très douloureux». Habituellement, j'en aurais fait un malaise de stress, et j'aurais souffert le martyre, probablement. Mais cette fois, forte de mes outils, j'ai décidé de le vivre différemment. J'ai juste répondu au médecin : «OK, alors, ne me dérangez pas svp, je vais entrer en méditation, donc j'ai juste besoin de me concentrer».

    Et c'est ce que j'ai fait : je me suis laissée couler lentement dans l'Océan de l'Univers, prenant conscience de tout ce qui est en l’acceptant inconditionnellement : tout d'abord, la sensation de mon corps sur ce lit d'examen, le flot lent de ma respiration, les battements de mon cœur, la chaleur de la pièce, les odeurs, la lumière tamisée qui filtrait à travers mes paupières, les voix des infirmières et du médecin qui me prévenaient qu'on allait commencer, les sensations de la pièce autour de moi.

    Puis, la douleur a commencé, et je l'ai acceptée inconditionnellement, comme une information parmi les autres, comme les battements de mon cœur, comme la chaleur dans la pièce, comme la voix du médecin, etc. Elle m'a traversée, je l'ai identifiée, reconnue, acceptée, puis elle est partie, puis encore, et encore, et encore... J'étais là, à ne poser aucun jugement ni aucune hiérarchisation sur les sensations qui s'offraient à moi. J'étais juste ce qui observait ces sensations, les identifiait, parmi d'autres informations. C'était juste là. C'était juste ce qui se passait maintenant, au présent.

    Puis, l'examen s'est arrêté. Le médecin et l'infirmière m'ont dit qu'ils n'avaient jamais vu ça. Que d'ordinaire, certaines femmes crient, pleurent, se tordent de douleur, et que mon visage n'avait pas bougé d'un seul millimètre, qu'aucun rictus, aucun mouvement ne l'avaient traversé durant l'examen. Il est resté paisible. Absolument paisible.

    C'est là que j'ai compris que ce qui me rendait malheureuse et souffrante; c'était la souffrance que je remettais moi-même sur la douleur en la refusant, en ayant peur, en la craignant. C'est la peur et le refus de la douleur qui nous font tant souffrir, et qui multiplient par cent la douleur par la souffrance...

    Depuis, je suis, bien entendu, toujours surveillée, mais en très bonne voie de guérison. Mais surtout, je ne suis plus la même. J'arrive à vivre les choses, les ressentis, les émotions, les douleurs au présent, sans porter de jugement, en acceptant leur présence, quoi qu'elles soient. J'arrive à vivre TOUT ce que la Vie m'apporte, tout ce qui me traverse, juste le vivre... même et y compris quand ce sont des choses tristes ou douloureuses.

    Je me suis également rendu compte il y a quelques semaines que mon petit vélo intérieur à cogitations, pourtant tellement actif, parfois à m'en rendre presque maboule, avait disparu depuis probablement plusieurs mois. Il est parti, comme ça, sans que je m'en rende compte.

    J'espère que mon partage pourra inspirer d'autres matins-magiciens et matin-magiciennes. J'ai également une petite pensée pour toutes les personnes qui sont actuellement confrontées à la maladie, à la douleur, au deuil.

    Ingrid
    Mons, Belgique 


    votre commentaire
  • Soupe-Détox

    Ingrédients de base (à choisir en fonction de la saison)

    • Chou vert frisé, coupé en menus morceaux
      - ou potiron (5,5 g de glucides aux 100 grammes)
      - ou courgette
      - ou aubergine
      - ou céleri-rave
    • Tomates
      - ou carottes (pour les caroténoïdes-provitamines A)
    • Poireaux (pour les fibres)
    • Navet (idem)
    • Ail et Oignon (pour les isothiocyanates)
    • Cresson alénois ou cresson de fontaine
      (pour les glucosinolates)
    • Brocolis (idem)
    • Céleri branche (pour les phthalides détoxifiants)
      et/ou
    • Fenouil (qui supprimera d’éventuels ballonnements dus au chou)

    Et pour améliorer la digestion, stimuler les éliminations, ajouter en fin de cuisson :

    • Basilic ou estragon
    • Persil ou cerfeuil
    • Noix muscade
    • Autres aromates, condiments ou ingrédients à votre goût

    ATTENTION : Pas de féculent (pomme de terre, pois, grains, etc) ni pain.

    Cette recette est extraite du livre du Dr Jean-Michel Morel, Traité pratique de phytothérapie


    votre commentaire
  • arbre corps

    Mes amis, en cette période de manipulation de masse et de dictature déguisée, je vous souhaite à tous de reconquérir des parcelles de liberté. Je prie pour que cette année 2016 vous apporte de la clarté, du discernement, de la lucidité, de l’ entendement.

    Puissiez-vous éclairer tous les endroits les plus obscures de votre univers intérieur, le seul dont vous soyez vraiment responsable et le seul dans lequel vous devez être omniprésent, omnipotent et omniscient.   Puissiez-vous éteindre ou voiler, tout ce qui vous aveugle, vous éblouit, vous empêche d’être vous-même.   Puissiez-vous discerner celui que vous êtes et celui que vous voulez être.

    • vos devoirs et vos envies.
    • votre finalité et vos ambitions d’égo.
    • les richesses futiles et ce que vous emporterez au-delà.
    • la valeur des choses et la valeur de l’expérience.
    • le sens de votre vie ...

    Puissiez-vous discerner les gens importants et les mégalo exubérants. Les trompes-l’oeil, la publicité, les mensonges, les leviers...   Puissiez-vous reconnaître l’Amour en dehors du sexe, de l’instinct maternel et de l’intérêt.   Puissiez-vous retrouver votre 3ème oeil, celui qui voit les Âmes et les Signes de l’Univers qui s’adresse à vous.   Puissiez-vous éteindre la télévision et retrouver votre liberté de penser… Retrouver ce dont vous avez besoin pour votre enrichissement et votre perfectionnement personnel, pour votre santé et le bonheur qu’elle procure, pour l’harmonie des mondes, les douceurs et les joies, pour la réussite de votre vie.   Votre ami.   Adrien Gascon   témoignage


    votre commentaire
  • lotus

    La perte d’un être cher, est un cheminement auquel nous sommes tous confrontés un jour ou l’autre. C’est un processus normal, universel, auquel nous sommes confrontés depuis toujours.
    Nous pouvons tous envisager la perte d’un être proche, mais elle parait acceptable si la personne est âgée, a bien vécu, meurt tranquillement dans son lit durant son sommeil, entourée de ces enfants, sans souffrances, en Paix… Mais, tous les jours nous voyons que le départ ultime se passe aussi de manière abrupte, sans avertissement : pour des enfants, des personnes en bonne santé, seules, dans des souffrances quelques fois terribles.
    La perte d’une personne par suicide est une mort où les questions, les colères très souvent vont nous accompagner face à ce geste . Les "est-ce que j’aurais dû, pas dû ?", viennent et reviennent, sans cesse. La colère aussi : on en veut à tout le monde, à soi, à ceux qui étaient là autour de la personne, à Dieu (Dieu signifiant une conscience supérieure et non un Dieu relié à une religion spécifique), qui a laissé faire ça, à la vie etc… Parce que le départ  sous cette forme est brutal, violent et nous met face à notre impuissance, nous questionne sur notre attitude avec la personne avant son départ. 
    Et souvent la peur aussi est là : la famille, les proches ouverts à une autre vie après la mort, ont peur que la personne partie souffre encore, qu’elle soit condamnée par son geste. C’est un poids supplémentaire, que d’affronter le quotidien face au regard culpabilisant d’une société q ui juge cette forme de départ.

    Il devient alors important, voir urgent, de se rappeler que, quel que soit notre intervention, elle n’aurait pas empêché le geste de la personne. Nous ne pouvons être à la place de l’autre. Nous pouvons que respecter le choix de partir de cette personne et sa manière de le faire.
    Puis, laisser aussi du temps au temps : après la tempête, le calme finit par revenir. L’apaisement et l’acceptation aussi, même si pour y arriver le chemin n’est pas facile : il est important de ne pas rester seul et demander de l’aide, de l’écoute et du soutien. Si l’on a une croyance spirituelle, prier ou retrouver une communauté peut aussi vous aider dans votre processus.

    Le deuil, n’est pas une maladie, mais peut le devenir. Nous avons là l’occasion d’une entraide nécessaire au grandissement de chacun dans le processus du deuil. Faire le deuil nous demande alors de prendre soin de soi, de créer ce mouvement  qui se tourne à l’intérieur, pour apprendre, comprendre et transformer. C’est oser dire sa peine, demander de l’aide, parler, partager.

    C’est aussi l’occasion pour les personnes et la société qui nous entourent, de porter attention à l’autre, par une parole, un geste, une présence, un temps qui permet l’apaisement. Ce temps permet de revenir, de cultiver des valeurs d’entraide dans la société.

    Trop souvent encore, liés aux religions, des médiums ou autres pensent qu’une personne morte violemment, souffre et erre, ne pouvant alors recevoir de contacts, puisque la personne est condamnée, mais n’est-ce pas les personnes vivantes qui condamnent, par leurs croyances ?
    Notre corps au moment du départ devient un habit usé à laisser dans le monde physique, pour retourner à une totale liberté. Retrouver cet espace sans limites humaines, retrouver cette source de là où nous venons, de là où nous retournons tous, quelle que soit notre attitude de vie, quelle que soit notre manière de partir. Il se pourrait que personne ne soit condamné à errer, mais tous à évoluer. 

    La médiumnité pour aider au deuil, oui, quand elle permet la rencontre au niveau de l’âme, pour se dire au revoir, pour comprendre, pour laisser la place à chacun, vivant et mort là où nous sommes. La médiumnité, oui, quand elle permet de pardonner et guérir, ce qui n’a pas été dit ou fait durant la vie commune lors du passage sur terre, lorsqu’elle permet à chacun de continuer son chemin et d’avancer dans son deuil, pour remercier de ce vécu commun. 
    De savoir que la vie continue après la vie, permet de donner du sens à nos épreuves et la perte d’un être cher est une épreuve, nous devons continuer à vivre, sans . 
    Elle permet de nous rendre attentifs, à comment je souhaite vivre maintenant, de prendre soin de nos relations vivantes, déjà celle à nous même, puis à nos proches dans l'épreuve ! 
    La mort nous met face à nous, qu’est-ce je souhaite apporter à ceux qui m’entourent maintenant, quel sens je souhaite donner à la perte que je vis.

    Mais surtout, comment je souhaite traverser ma vie, aujourd'hui ?

    Moniq Clerc - www.lavoixdelame.ch


    votre commentaire
  • La série des 18 mouvements du Tai Ji Qi Gong est inspirée par les différents mouvements du Tai Ji Quan et du Qi Gong.

    La pratique régularise la répartition de l'énergie dans tout le corps et permet d'assouplir les articulations. L'exercice est plus harmonieux lorsqu'il est synchronisé avec la respiration des trois muscles (voir cours en ligne Qi Gong dans le site www.taiji-song.com menu : cours et stages).

    La pratique régulière vous apporte l'unité, l'équilibre, le calme et la détente.

    Song ARUN - 1A rue du Rebberg - 68140 GUNSBACH - Tél 06 66 47 61 86


    2 commentaires
  • Copié / collé

    Attention, dans cet article, présence d’illustrations à caractère sexuel, avec des poils. Si tu es mineur, tu peux quand même regarder. Surtout si tu veux voir un clitoris chanter du Claude François. Les personnes peu à l’aise avec leur corps et l’humour peuvent connaitre quelques difficultés. Je me dégage de toute responsabilité. En revanche, dans les liens, il y a des images avec du sang, de la souffrance et de la vérité. A vous de voir si vous cliquez ou pas.

    Le clitoris existe depuis toujours, enfin, depuis l’humain quoi (et certains animaux, oui oui), mais si on en croit les scientifiques… C’est pas si vieux. 

    L’Antiquité

    En -300 Hypocrate a bien compris que c’est l’organe du plaisir féminin, il l’appelle « le serviteur qui invite ses hôtes ». A cette époque, on pense que sans plaisir, la femme ne peut pas engendrer. Du coup, on stimule à fond. Cette pensée va s’étendre à tout le Moyen-Age. Même si l’Église trouve le sexe dégueulasse, les médecins préconisent le massage de cet organe encore un peu inconnu. Mais le premier mec à le nommer vraiment, c’est au milieu du XVIème siècle. Ouais, quand même… Avant, c’était un peu une zone d’ombre. On allait quand même pas ausculter le jardin secret d’une femme lol. Aujourd’hui, je vous raconte l’histoire du clitoris, pas depuis son invention mais depuis sa découverte. Et c’est déjà pas mal.

    1559 : La grande découverte

    Avant le XVIème siècle, on a pas de trace du clitoris, ça ne veut pas dire qu’il n’existe pas, non, ça veut dire qu’on ne s’y intéresse pas. Ou qu’on le cache. Ou les deux. En 1559, le médecin italien Mateo Realdo Colombo (on dirait un nom de pizza, j’aime bien) s’intéresse au sexe féminin, et à l’anatomie. Nécessairement, il tombe sur cet organe que tout le monde semble ignorer. Il fait quelques recherches, et après quelques expériences il déclare «  le clitoris est par excellence le siège du plaisir de la femme ». Il appelle ça « un organe si joli et tellement utile ».

    Bien ouej mec ! T’es peut-être pas le premier à t’en rendre compte, mais t’es bien le premier à le crier haut et fort. ! Il le dessine même, mais en tout petit.

    Malheureusement, au fil des siècles, ça va foirer. Les mecs semblent oublier ce détail, pourtant important, de la femme. D’ailleurs, à la même époque, André Vésale, anatomiste et médecin, pas la moitié d’un con, estime que le clitoris est une malformation de la femme. Genre, un truc hermaphrodite, une bite qui a mal tourné. Du coup, on a tendance à les enlever. Une excision quoi…

    Le XVIIème siècle : le clitoris est le pénis de la femme

    Au XVIIème siècle, la médecine signale le clitoris sur de nombreux dessins anatomiques, c’est une belle avancée. Les médecins le comparent au pénis de l’homme, ce qui est finalement plutôt positif quand on sait à quel point les hommes tiennent à leur bite. Et au XVIIème siècle, les médecins sont des hommes. Des hommes cools, mais pas trop trop non plus. S’ils sont pour la stimulation clitoridienne, c’est pas pour la femme et son plaisir, non. C’est parce qu’à l’époque, comme à l’Antiquité, on pense que la femme doit avoir un orgasme pour tomber enceinte. Aussi, la masturbation clitoridienne est-elle franchement mise en avant. On l’encourage, et on tente à mort l’orgasme simultané. Tu sais, c’est quand le monsieur et la dame ont un orgasme en même temps. Oui, ça existe même en dehors des pornos. Enfin, à ce qu’il paraît.

    Lumières sur le clitoris*

    *Je crois que je n’ai jamais été aussi fière d’un sous-titre. C’est pas mal non ? On parle du XVIIIème siècle, on parle du clitoris, on parle des Lumières et du clitoris… bref.

    Les philosophes des Lumières, la liberté, l’amour, le plaisir ? Tu parles. Que dalle ! Au XVIIIème siècle, c’est la fin de l’heure de gloire du clitoris. On pense finalement que l’organe exclusivement féminin est la source de tous les maux de la terre. Le docteur Tissot parle de toutes les maladies produites par la masturbation. (tu peux cliquer, c’est un peu drôle). L’onanisme c’est le mal absolu, bin oui, chaque personne qui se masturbe s’éloigne un peu de la grossesse, et c’est pas le tout, mais on a un taux de natalité à tenir. Y’a des guerres, et on a besoin de bonhommes comme chair à canon. Toutes les pratiques masturbatoires sont aussi bien perçues que les contraceptifs. Alors imagine un peu…

    Au tout début du XIXème siècle, en Allemagne, on a pas peur d’enlever l’intégralité du clitoris sur les petites filles qui osaient mettre leur main dans la culotte. Sauf que 1) c’est vraiment fdp de faire ça 2) il y avait plus de 20% de mortalité suite à des infections de la vulve. Super. Grande classe. C’est pas en tuant les femmes que vous aurez des gosses les baltringues.

    Le XIXème siècle : jouir oui, mais à deux seulement

    On retourne au XVIIème siècle, le clitoris, oui, mais en couple seulement. Pour porter en elle le fruit de son mariage, la meuf doit nécessairement jouir pendant le coït… Une femme qui ne jouit pas est une femme infertile. Et franchement, c’est pas classe du tout hein. Aussi, une femme qui se masturbe seule peut avoir des pensées « mauvaises », genre fantasmer sur le voisin, ou pire, la voisine. Aussi, un mari se doit de caresser sa femme jusqu’à l’orgasme, de peur qu’elle soit insatisfaite et doive le faire seule… Ou avec le voisin. Ou la voisine. Mais du coup, la femme célibataire ou veuve, elle fait comment pour éviter ce genre de pensées nauséabondes qu’est le plaisir ? Eh bien… Elles vont chez le médecin. Pas pour se faire exciser non non, on est pas des sauvages. Non, je déconne, évidemment, ça existe. Pour lutter contre les pratiques masturbatoires, on excise… C’est le cas des docteurs Thésée Pouillet, Pierre Garnier, et aussi Paul Broca, des hommes évidemment. Mais l’excision n’est pas la seule solution, et heureusement…

    Les femmes ont recours à l’orgasme médicalement assisté.

    Beaucoup de femmes sont considérées comme hystériques, rappelons que c’est une maladie imaginaire, ça n’a jamais existé. Les hommes ont créé cette maladie pour pouvoir mieux enfermer les femmes un peu chiantes, au fort caractère, ou un peu cinglées. C’est vrai, beaucoup de meufs étaient considérées comme hystériques et beaucoup avaient des profils très très différents. Pour soigner l’hystérie, donc, les médecins préconisaient les orgasmes médicalement assistés. Pourquoi ? Parce que ça rapporte du fric ! Cela a pu représenter jusqu’à 30% de leur chiffre d’affaire. J’veux dire, ça commence à compter sur une carrière.

    En 1840, on commence à penser que le clitoris n’a peut-être rien à voir avec la reproduction. On le dessine et tout. (image 1)(image 2). Charles Négrier, un médecin français l’explique dans Recherches anatomiques et physiologiques sur les ovaires dans l’espèce humaine, considérés spécialement sous le rapport de leur influence dans la menstruation

    1930, on efface le clitoris

    En 1905, Freud explique que la sexualité clitoridienne est infantile. La seule qui importe est celle de la pénétration vaginale, parce qu’on a toujours besoin d’un vrai bonhomme tavu. Aussi, les petites filles qui stimulent leur clitoris ne font que revendiquer leur envie d’avoir une bite… En gros le clitoris doit disparaître, et les femmes ont besoin de thérapie. Business is business hein.

    Dans les années 1930, le monde de la médecine s’est enfin mis d’accord sur le fait que le clitoris ne joue absolument aucun rôle dans la reproduction. Aucun. L’organe est complètement inutile, c’est un gadget égoïste de la femme, ou pire encore un moyen contraceptif. Bin oui, la masturbation éloigne de la procréation tout ça… Alors, le verdict est sans appel : le mot clitoris est enlevé du dictionnaire. Ni plus ni moins. Comme si ça n’existait pas. Dans les années 1960, ça va être encore pire. C’est l’obscurantisme total. On en parle pas, on ne le touche pas, ça n’existe pas… Et puis, y’a la révolution sexuelle, alors on en parle pas mais on le touche. C’est déjà pas mal…

    Le clitoris d’aujourd’hui

    En 2010, Annie Sautivet lance une étude sur les adolescents français et le clitoris… Seulement 50% des 13/14 ans connaissent l’existence du clitoris. Peu savent le situer… Et parmi eux, il n’y a que 16% qui connaissent sa fonction érogène… Eh beh, on est pas sortis du sable hein…

    Enfin, de nos jours, de nombreuses associations luttent encore contre l’excision des jeunes filles dans le monde. C’est plus ou moins efficace. On en entend un peu parler, mais pas trop, j’veux dire, c’est quand même vachement moins grave que de couper la bite d’un monsieur, parce que le monsieur il ne pourra plus avoir d’enfant, alors que la dame, même sans clitoris, elle peut. Le plaisir est secondaire. Ou interdit, ça dépend. Quant à la douleur, on s’en fout. Et les conditions d’hygiène ? Lol, rien à foutre (image pouvant un peu heurter ta sensibilité). La femme ne fait pas de sexe pour prendre du plaisir, seulement pour pérenniser l’humanité….

    L’histoire du clitoris résumée par Pauline Roland (son siteson fbson twitter), c’est ici.

      



    Odile Buisson : Le point G et l’orgasme féminin par les_ernest


    votre commentaire
  • une paire d'yeux ky

    Quel hasard cette histoire,
    Deux mirettes
    Au milieu de la poire !
          Une.
          Père.
          Dieu !
    Et en plein milieu de la figure,
    Totalement incognito, IL s'installe.
         Quelle audace !
    Personne n'a rien vu, pourtant,
    Chacun est équipé.
    Comme un message caché,
    Bien en évidence,
    IL Nous signale SA Présence.
    Il suffit de lever les Yeux sur son voisin pour LE rencontrer.
    IL est là, avec SA Père Dieu, à me dévisager,
    À me regarder.
         Ames ! Regardez !
    M'aime le terroriste a SA Père Dieu !
    Pourquoi voudrais-je l'éliminer ?
    Il me montre ce que je ne veux pas voir ?
    Je suis moi-m'aime un terroriste ?
    Je ne veux pas LE voir ?
    Je ne veux pas L'entendre ?
    Je refuse de l'Ecouter ?
    Je refuse de L'accepter ?
    Pas étonnant qu'IL se rebelle,
    Pas étonnant qu'IL veuille m'aider,
    Par la souffrance,
    À faire tomber mes œillères .
         Je suis désolé,
    Je suis vraiment un Charlie-Charlot,
         Pardon
    Je T'ai blessé,
    La dérision est aussi une arme de précision.
         Je T'aime,
    En voyant TES Yeux,
    En les regardant,
    Je commence à ouvrir les miens,
    À reconnaître TA Présence,
    Dans chaque ETRE HUMAIN.
         Merci,
    Ta violence je la comprends,
    Je l'accepte,
    Je l'accueille,
    Elle me fait grandir vers TON Amour.


    votre commentaire
  • voeux 2015

    votre commentaire
  • Meryl Streep

    C'est tellement bien dit, je n'ai pas pu m'empêcher de copier/coller.

    Je n'ai plus de patience pour certaines choses, non pas parce que suis devenue arrogante, mais tout simplement parce que je suis arrivée à un point dans ma vie où je ne veux pas perdre plus de temps avec ce qui me blesse ou avec ce qui me déplaît. Je n'ai aucune patience pour le cynisme, la critique excessive, ni pour les exigences d'une nature quelconque. J'ai perdu la volonté de plaire à celui qui ne m'aime pas, d'aimer celui qui ne m'aime pas et de sourire à celui qui ne veut pas me sourire.

    Je ne dédie plus une seule minute à celui qui ment ou à celui qui veut manipuler. J'ai décidé de ne plus vivre avec la prétention, l'hypocrisie, la malhonnêteté et l'éloge pas chère.

    Je n'arrive pas a tolérer l'érudition sélective et l'arrogance académique. Je n'ai pas à m'adapter davantage avec les affaires du voisinage ou avec les commérages. Je déteste les conflits et les comparaisons.

    Je crois à un monde de contraires et c'est pour ça que j'évite des gens ayant un caractère rigide et inflexible. En amitié, je n'aime pas le manque de loyauté ni la trahison.

    Je ne m'entends pas bien avec ceux qui ne savent pas donner un compliment et qui ne savent pas encourager.

    Les exagérations m'ennuient et j'ai du mal à accepter ceux qui n'aiment pas les animaux.

    Et pour couronner le tout, je n'ai aucune patience pour ceux qui ne méritent pas ma patience.

    Meryl Streep


    votre commentaire
  • azteques

    Tu vas pouvoir découvrir ton thème aztèque.
    Il suffit de remplir les cases situées sur la droite de cette page.
    Ce site est le seul à tenir compte de l’heure et du lieu où tu as vu le jour.
    Reconnais ton signe et je l’interpréterai lors de ta première consultation.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • travailleur de lumière

    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  

    canalisée par Ronna Herman

    Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

     

    BÉLIER : 21 mars – 20 avril


    Le Bélier est un signe de feu et, par conséquent, il vous donne une nature positive et enthousiaste. Il vous donne le courage de pousser vers les territoires inconnus, alors que vous vous efforcez de profiter de votre originalité pour construire une nouvelle personnalité plus positive et équilibrée. Vous devez chercher à décider par vous-mêmes, mais prenez garde de ne pas devenir trop centrés sur vous-mêmes.
    Avant que vous puissiez donner aux autres, il doit y avoir quelque chose à donner ; par conséquent, vous devez vous efforcer de vous remplir vous-mêmes d’amour de vous-mêmes, de confiance en vous-mêmes et d’acceptation, de sorte que vous puissiez aller de l’avant dans votre mission de vie.
    Prenez garde aux influences négatives de ce signe puissant : l’impatience, l’agressivité, la trop grande impulsivité ou le trop grand égoïsme.
    L’expression clé pour le signe du Bélier est JE SUIS et le mot clé est ACTION.
    Votre nature de base est orientée vers l’action, avec un désir d’être pionnier et d’avoir une grande variété d’expériences. Vous avez passé beaucoup de vies dans un état passif ou de servilité et maintenant vous êtes prêts à réassumer votre puissance, votre volonté et votre autorité. 

    TAUREAU : 21 avril – 21 mai

    L’objectif majeur de l’énergie Taureau est d’apprendre à avoir les pieds sur terre, à être pratique et à faire preuve de beaucoup d’attention.
    Les qualités de ce signe, si elles sont utilisées positivement, vous aideront à être dignes de confiance, compatissants, loyaux et fidèles.
    Vous devez apprendre à surmonter les influences négatives de trop de possessivité ou de jalousie envers vos proches, ou d’obstination et de non désir d’écouter les points de vue des autres et vous garder d’un esprit fermé.
    L’objectif clé de ceux qui ont un soleil en Taureau est J’AI et un de vos plus profonds désirs est la stabilité dans votre vie. Votre nature de base est celle d’un co-créateur et est d’apprendre comment manifester vos rêves dans le monde physique.
    Le signe du Taureau est gouverné par la planète Vénus et, par conséquent, vous aimez la beauté et appréciez d’avoir de belles choses autour de vous. Vous êtes très affectueux et avez un fort besoin de sécurité.
    Le Taureau est un des signes ” terrestres ” les plus pratiques, ce qui signifie que vous êtes venus dans cette vie avec un désir de créer la spiritualité pratique dans votre vie. Vous avez passé beaucoup de vies, accomplissant votre mission spirituelle, en ignorant le monde physique et votre vaisseau physique.
    Il est temps d’apprendre à planer parmi les étoiles en ayant les pieds fermement plantés en terre. Votre mission est d’équilibrer et d’harmoniser les vibrations fréquentielles de votre vaisseau physique, de sorte que l’Esprit puisse descendre et prendre la domination, créant ainsi votre paradis personnel sur Terre.

    GÉMEAUX : 22 mai – 21 juin

    Puisque l’art de la communication a été l’un de vos buts majeurs de cette vie, vous avez choisi de naître sous l’influence du signe Solaire des Gémeaux qui est sous l’influence de l’élément air.  Ses qualités sont la flexibilité et la capacité d’adaptation et l’objectif est placé sur la communication et l’intellect.
    Utiliser positivement les qualités du signe des Gémeaux vous aidera à être amicaux, extravertis, pleins d’esprit, éloquents, pleins de ressources et perspicaces. Cependant, quand elles sont utilisées négativement, il se peut que vous tendiez à être opposés, sans repos, critiques et impatients.
    L’expression clef pour un Gémeau est JE PENSE et le mot clef est VARIÉTÉ.
    Vous voyez habituellement les deux côtés d’une situation et, par conséquent, il est possible que vous ayez un moment de prise de décisions difficile. Le plus souvent, vous permettez à votre esprit de ne pas tenir compte des sentiments de votre cœur et ainsi vous pouvez sembler être, en quelque sorte, émotionnellement détachés, ou il se peut que vous ayez des difficultés à montrer de l’affection ou à exprimer vos sentiments les plus intimes.
    Un de vos buts majeurs dans cette vie est l’équilibration de votre esprit intellectuel et de votre côté émotionnel, et aussi l’intégration des qualités féminines de gentillesse, d’intuition, de nourriture et de créativité avec le dynamisme, la puissance et votre volonté dynamique de créer de votre côté masculin.

    CANCER : 22 juin – 23 juillet

    Le Cancer est un signe d’eau et l’élément eau peut être décrit comme sensible, émotionnel et réceptif.
    La planète maître pour le Cancer est la Lune, qui est l’énergie réfléchie de la Déesse-Mère, tout comme le Soleil projette le rayonnement de notre Dieu-Père. Le symbole du Cancer est le crabe, et c’est très approprié. Le crabe transporte sa maison sur son dos et se déplace d’une curieuse façon zigzagante, quelquefois en claquant sèchement de façon non nécessaire.
    Les personnes nées sous l’influence du Cancer présentent aussi ces traits : leur maison leur est de la plus haute importance, et elles ont de nombreux hauts et bas émotionnels. Ce signe est aussi orienté vers l’action et est ambitieux.
    L’expression clef pour le Cancer est JE SENS, et le mot clef est COMPASSION.
    Par conséquent, les traits positifs que vous essayez d’intégrer sont d’être compatissants, assidus, sociables, économes et protecteurs. Les traits négatifs que vous devez faire attention de surmonter sont la tendance à être ergoteurs, lunatiques, sensibles, trop émotionnels, et vous devez vous efforcer à ne pas développer un complexe de martyr. Vous avez tendance à répondre à la vie au travers vos émotions plutôt qu’à travers votre esprit. Cela peut être extrêmement difficile pour vous de contrôler vos émotions, mais c’est une des tâches majeures que vous avez choisie d’accomplir dans cette vie.
    Il se peut que vous soyez très emphatiques, comme une éponge, absorbant n’importe quelle négativité autour de vous sans même en être conscients. Vous pouvez sembler être très contrôlés, ou même d’un naturel froid envers les personnes avec lesquelles vous n’êtes pas à l’aise, mais vous êtes vraiment doux et vulnérables à l’intérieur. Il est possible que vous évitiez la confrontation et que vous ayez des difficultés à prendre une position ; vous aimeriez mieux vous retirer dans votre coquille que de faire face de front à une situation difficile. Reprendre votre puissance et équilibrer vos côtés mental et émotionnel sont pour vous deux des plus importantes leçons de vie pour cette vie.

    LION : 24 juillet – 23 août

    Vous avez choisi de vivre l’énergie dynamique du signe solaire du LION dans cette vie.  C’est le signe d’un chef, de quelqu’un qui aime diriger ou dominer, quelqu’un qui aime ” briller “, ou être à l’avant. Il favorise les énergies positives de générosité, d’ambition, de loyauté, mais si ces énergies sont utilisées négativement, elles peuvent vous rendre exigeants, intolérants ou autoritaires.
    Faites un inventaire et efforcez-vous de mettre les multiples facettes de votre être en harmonie, de sorte que vous puissiez puiser dans de plus en plus de sagesse et d’énergie de votre Soi Supérieur et y accéder.
    Le merveilleux signe de feu du Lion travaille main dans la main avec le Premier Rayon de Volonté Divine de Créer, et c’est une combinaison imbattable quand vous utilisez cette puissance dynamique pour votre plus grand bien et le plus grand bien de tous.
    L’expression clef est JE VEUX et le mot clef est FOI.
    À certains égards, le Lion personnalise le besoin d’exceller.  Une fois que vous avez obtenu la reconnaissance, vous pouvez permettre à votre chaleur de cœur de rayonner et vous pouvez être une source extraordinaire d’encouragement pour les autres. Il se peut que le théâtre, les arts ou les sports d’extérieur soient d’un intérêt particulier pour vous.
    Au meilleur de vous-mêmes, vous êtes affectueux, enjoués optimistes. Rappelez-vous, créez l’éclat du soleil dans votre propre vie, de sorte que votre rayonnement puisse envoyer son éclat plus fortement.

    VIERGE : 24 août – 23 septembre

    Vous avez choisi de naître sous le signe de la VIERGE durant cette vie.  La Vierge est gouvernée par Mercure et c’est un signe de terre. L’élément terre peut être décrit comme pratique et exigeant. Sa qualité est la mutabilité, ce qui signifie adaptabilité et flexibilité.
    Les traits de caractère positifs que vous devez vous efforcer d’intégrer sont d’utiliser vos capacités d’analyse pour être disciplinés et assidus, en plus que d’être prévenants et fiables.
    Les traits négatifs que votre âme doit surmonter sont d’être distants, sceptiques, critiques, centrés sur vous-mêmes ou intravertis. L’expression clef pour la Vierge est J’ANALYSE.
    Le mot clef est pour vous SERVICE.
    Vous êtes nés avec un esprit très curieux, avec de fines capacités d’analyse et une très bonne mémoire. Vous cherchez de façon subconsciente la perfection dans tout ce que vous tentez et, à cause de ceci, il se peut que vous vous traitiez très durement pour être parfaits. Il se peut aussi que vous ayez une tendance à attendre la perfection dans ceux qui vous entourent, et si vous trouvez qu’elle manque, vous êtes désappointés et pouvez devenir chicaniers.
    La perfection n’est pas à atteindre dans cette vie, ainsi soyez détendus et autorisez-vous une certaine latitude. Faire de son mieux suffit. Vous pouvez aussi avoir une tendance à trop vous tracasser, et en conséquence votre santé peut en pâtir, vous pouvez souffrir d’ennuis tels que des troubles intestinaux, des éruptions cutanées ou des ulcères.
    La méditation pour tranquilliser votre esprit et réduire la tension dans votre corps serait très bénéfique. Vous avez un profond désir d’être au service, d’avoir un travail qui soit utile et satisfaisant.

    BALANCE : 24 septembre – 23 octobre

    Vous avez choisi de naître sous le Signe Solaire de la Balance qui symbolise l’équilibration de la balance de la vie. Ce signe vous donne un grand désir de sonder tous les aspects positifs et négatifs d’une situation avant de prendre une décision.  Le maître de la Balance est Vénus, la planète de l’amour et de l’harmonie.
    L’expression clef pour décrire la personnalité d’une personne de la Balance est J’ÉQUILIBRE, et votre nature de base est celle d’un diplomate ou d’un modérateur.
    La Balance est un signe d’Air ou signe mental, et ainsi vous cherchez à équilibrer vos nature mentale et émotionnelle, car votre corps émotionnel a, en quelque sorte, dominé votre existence pendant plusieurs vies passées. Utiliser les qualités positives de la Balance vous aidera à devenir plus diplomates, obligeants et idéalistes.
    Les énergies de la Balance vous aideront aussi à vous centrer sur votre intellect et aussi sur les relations. Vous vous efforcez d’être plus extravertis ou sociables et de prendre le contrôle de votre vie, afin de manifester vos rêves et idéaux, mais vous devez aussi apprendre qu’il y a des moments où vous avez besoin d’être seuls, et de vous mettre à l’aise avec vos propres pensées, alors que vous apprenez à vous habituer à votre Soi Intérieur.
    Ceux qui ont une forte influence de la Balance ont souvent tendance à être ” amoureux de l’amour ” à cause de leurs natures romantiques et sentimentales. Premièrement, remplissez-vous d’amour et d’un sentiment de confiance en vous, et puis vous pourrez partager cet amour avec les autres et recevoir les vibrations supérieures d’amour en retour. Vous devez vous garder de l’indécision, de la trop grande dépendance envers les autres. Vous devez vous efforcer de surmonter une peur fermement enracinée de sortir de votre zone de confort, afin d’obtenir ce dont vous rêvez ou de devenir celui que vous rêvez d’être, mais que vous n’osez pas espérer.
    Nous vous disons que vous pouvez faire ou devenir tout ce que vous désirez, bien-aimés. Écrivez le scénario de votre vision du futur et prenez les mesures nécessaires pour réaliser votre vision. Commencez le voyage, bien-aimé, et vous ouvrirez le chemin devant vous et vous montrerez la voie.

    SCORPION : 24 octobre – 22 novembre

    Vous avez choisi de naître sous l’influence du Signe Solaire du Scorpion pour cette vie, parce que votre plus grand désir est de ramener toutes les facettes de votre Être à l’harmonie.
    Le Scorpion est gouverné par l’énergique planète Mars et la planète des désirs intenses, Pluton. C’est un signe d’eau, et l’élément eau vous donne une forte nature émotionnelle avec de puissants sentiments profondément enracinés et une forte détermination.
    Le Scorpion est un signe grandement diversifié avec un scorpion représentant la nature inférieure ou les énergies inférieures de ce signe, de ce fait vous pourriez être rusés et vous débattre quand vous êtes en colère. Vous avez le potentiel pour planer comme un aigle, majestueux et puissants avec la capacité de vous élever au-dessus du monde physique.
    L’expression clef pour ce signe est JE DÉSIRE et le mot clef est FORCE D’ÂME.
    Si vous encouragez les énergies positives de ce signe, elles vous aideront à être courageux, efficaces et intuitifs. Cependant, vous devez vous garder d’être entêtés, d’avoir du ressentiment ou d’être possessifs.
    Le Scorpion est aussi un des signes les plus puissants, parce qu’il vous donne une volonté et une détermination fortes pour accomplir vos rêves. Vous êtes capables du sacrifice extrême de vous-mêmes pour ceux que vous aimez, mais vous devez vous rappeler que vous méritez aussi que vos besoins soient satisfaits. Par conséquent, vous devez apprendre à placer des limites et à chercher un équilibre entre donner et prendre dans le cadre de vos relations, de sorte que vous ne donniez pas trop de vous-mêmes.

    SAGITTAIRE : 23 novembre – 21 décembre

    Vous avez choisi de naître sous l’influence du signe solaire du Sagittaire pour cette vie.  Ce signe rayonne l’élément Feu et, par conséquent, pourrait être décrit comme un signe qui transporte l’enthousiasme et l’inspiration. Il alloue aussi des qualités de flexibilité et d’adaptabilité.
    Les qualités positives du Sagittaire que vous devriez vous efforcer de cultiver sont l’optimisme, la fiabilité, le fait d’avoir des talents variés, et l’honnêteté.
    Les traits négatifs que vous pouvez avoir besoin de surmonter sont de manquer parfois de tact et de parler avant d’avoir réfléchi, blessant de ce fait les sentiments des autres. Vous devez aussi vous efforcer d’être responsables, de rêver, mais aussi de vous efforcer de faire les actions nécessaires afin de manifester vos rêves. Votre nature de base est celle d’un philosophe et d’un amoureux de la nature. Vous avez un mécontentement intérieur car vous cherchez toujours quelque chose qui ajoutera de la passion ou une nouvelle dimension à votre vie. Soyez attentifs à ne pas vous disperser avec de trop nombreuses activités et à ne pas épuiser votre énergie trop rapidement.   vVous avez choisi ce signe pour vous aider à élargir votre connaissance et à chercher l’indépendance. Peut-être ne le croyez-vous pas, mais vous avez les capacités pour devenir un bon causeur ou professeur, et si vous apprenez à tirer parti des qualités ” brillantes ” de votre signe Solaire, vous ne serez jamais seuls et vous pourrez créer un cercle aimant d’amis loyaux.
    Le mot clef pour le Sagittaire est LIBERTÉ et l’expression clef est JE VOIS.
    Le signe du Sagittaire est le Centaure lançant une flèche vers les cimes. Un tel but élevé, en restant les pieds sur terre, et apprenez à profiter de votre belle nature positive.

    CAPRICORNE : 22 décembre – 20 janvier

    Vous avez choisi de naître sous le digne du Capricorne pour cette vie, car votre âme sage savait que vous aviez besoin d’ancrer votre Soi Supérieur sur le plan physique.
    Les énergies ou attributs positifs que le Capricorne vous offre sont la patience, l’humilité, la compassion et la sagesse. Vous êtes assez créatifs, mais parfois il se peut que vous soyez très pessimistes et que vous doutiez de vos capacités. Vous devez apprendre à croire en vous-mêmes et à développer l’optimisme.  Certaines des leçons majeures de ce signe Solaire seront que votre âme vous testera afin de vous éveiller à votre potentiel le plus haut, par conséquent, vous éprouverez peut-être le chagrin, le désappointement et la limitation, jusqu’à ce que vous lâchiez ces formes pensées et énergies des vies passées qui vous empêchent d’atteindre la maîtrise de vous-mêmes.
    La raison pour laquelle vous avez choisi tant de défis personnels dans votre vie est qu’ainsi vous serez conduits à chercher la sagesse spirituelle et la maîtrise plutôt que le succès de votre vie personnelle. Une fois que vous deviendrez conscients de ceci, les revers et les obstacles diminueront. Une fois que vous commencerez à vous aligner avec les énergies positives de votre signe Solaire et de vos Rayons, votre ambition, votre efficacité et votre sens pratique vous aideront à faire des progrès ahurissants.
    Votre héritage Divin est toute la beauté, l’amour et l’abondance que vous pouvez contenir, mais vous devez être en harmonie avec votre Soi-Âme, sinon vous ressentirez toujours du mécontentement.
    L’expression clef pour ce signe est J’UTILISE, et le mot clef est RÉALISATION.
    Vous avez les outils et les capacités intérieures pour accomplir quoi que ce soit que vous désiriez dans cette vie, bien-aimés, et il vous est donné une opportunité pour escalader les montagnes et voir le monde du point de vue des domaines raréfiés d’un maître.

    VERSEAU : 21 janvier – 19 février

    Dans cette vie, vous avez choisi de naître sous le signe solaire du Verseau qui est le signe du nouvel âge et qui sera le signe prédominant pour les 2000 ans prochains.
    C’est le signe du Porteur d’Eau, ce qui signifie la connaissance déversée dans le monde.
    L’expression clef est JE SAIS, et le mot clef est VÉRITÉ.
    Les personnes du signe du verseau sont souvent extraverties, elles s’expriment librement, avec de bons talents de communication.
    Les vertus positives de ce signe solaire que vous cherchez à intégrer sont l’originalité, l’intuition, le fait d’être plus large d’idées et amical.
    Les traits négatifs que ce signe vous aidera à surmonter sont d’être trop impersonnel, imprévisible ou rebelle à l’autorité et aux règles. Vous êtes désireux d’examiner différents points de vue, mais les nouvelles idées doivent avoir fait leurs preuves avant que vous soyez amenés à, probablement, laisser vos idées préconçues.
    Vous avez tendance à être amical, indépendant et idéaliste. Vous êtes très affectueux, mais ceci est exprimé plus aisément d’une façon détachée dans les groupes, plutôt qu’avec les individus. Vous pouvez être une personne très déterminée et persévérante et vous ressentez souvent un mécontentement divin, car vous n’êtes pas satisfait de jouer le rôle habituel rétréci que la tradition et votre culture demandent, vous êtes en quelque sorte révolutionnaire dans vos idées. Vous êtes un penseur original avec des idées inventives, un semeur de connaissance.
    Puisez dans la sagesse de votre Soi Divin, bien-aimé, et vous pourrez accéder aux Enregistrements Cosmiques qui peuvent améliorer votre monde. Puis, d’autres viendront à vous, de sorte que vous puissiez leur montrer la VOIE.

    POISSONS : 20 février – 20 mars

    Vous avez choisi de vivre les énergies du signe solaire des Poissons dans cette vie, ce qui signifie que vous avez souhaité vous focaliser sur votre sagesse spirituelle, devenir un visionnaire, et exprimer votre créativité.
    Les poissons sont gouvernés par Neptune qui est la planète qui rayonne les vibrations les plus hautes dans votre système solaire. L’énergie du signe des Poissons est instable comme l’eau qui coule, en faisant le signe le plus fluide du zodiaque. Ceux qui ont une forte énergie Poissons sont très sensibles avec de profondes et fortes émotions.
    Les énergies négatives de Neptune que vous devez apprendre à équilibrer et à harmoniser sont la confusion, le délire, la peur et le fait d’être trop impressionnable et sujet aux influences extérieures.  Si vous ressentez trop de pression, vous pouvez ressentir un fort désir de vous échapper. Vous avez tendance à être compatissant, réceptif, intuitif et modeste, mais vous devez apprendre à placer des limites, à suivre votre guidance intérieure, et veiller à ce que vos besoins soient satisfaits et que vous soyez honorés pour qui vous êtes.
    Si vous apprenez à utiliser les vibrations supérieures de Neptune, cela peut vous aider à atteindre votre conscience supérieure et à puiser dans la merveilleuse sagesse emmagasinée dans les Paquets de Lumière à l’intérieur de votre structure cérébrale.  Quelques fois, il se peut que vous ressentiez le besoin de vous retirer pour maintenir votre équilibre : des promenades tranquilles dans la nature, nager ou prendre tranquillement un bain vous aideront à revenir à l’équilibre. À cause de votre nature compréhensive, il est aussi important que vous visualisiez un bouclier de Lumière dorée autour de vous, de sorte que vous n’absorbiez pas l’énergie négative que vous pouvez rencontrer dans vos expériences de la vie de chaque jour.
    L’expression clef pour les Poissons est : JE CROÎS. Les mots clef sont : INTUITIF et IMPRESSIONNABLE.


    votre commentaire
  • Usés de masser leurs patientes hystériques, des médecins créent le vibromasseur !
    A la fin du XIXe siècle, de très éminents chercheurs étaient convaincus que pour soigner l’hystérie féminine (un terme pseudo-médical employé pour décrire toutes sortes de symptômes liés à la féminité), rien ne valait des massages génitaux. Mais las de pratiquer eux-mêmes, manuellement, le remède, ils inventent le tout premier vibromasseur.
    C’est une historienne américaine, Rachel Maines qui s’est pour la première fois penchée sur l’invention du vibromasseur. Dans son livre, Technologie de l’orgasme, elle montre que ces outils du plaisir féminin n’ont rien à l’origine d’une invention féministe.

    Au départ, la chercheuse s’est intéressée à l’histoire… des tricots. Et c’est en feuilletant un magazine du début du XXe siècle qu’elle tombe sur une publicité pour une marque de vibromasseurs. L’objet ne ressemble en rien aux joujoux phalliques colorés qu’on connaît, mais s’apparente plus à un fer à repasser ou à une perceuse.
    Après quelques recherches, elle découvre avec stupeur que l’histoire de ces appareils vibrants est intimement liée à la médecine, et à une “maladie” connue depuis l’Antiquité : l’hystérie. Le terme étymologique du mot hystérie est “hysterion” qui désigne l’utérus féminin. Classée comme maladie par le monde médical masculin depuis l’Antiquité en Europe et en Asie, l’ensemble des traités de médecine la caractérisent par des accès de mélancolie, de puissantes crises de nerf provoquant parfois des actes de comportement extravagants ou violents, des tentatives de suicides, des infanticides, voire, dans les pires des cas, le meurtre du mari. Bien entendu, il s’agit là d’une vision masculine pour décrire des symptômes qui ne concernent que les femmes. Et au XIXe siècle, les médecins avaient le diagnostic de l’hystérie plutôt facile.
    Les scientifiques étaient persuadés que l’hystérie était le fait d’un désir d’orgasme insatisfait qui agite les femmes mal conçues. Un remède était donc prescrit : la “stimulation dactyle” ou le “pénétrationnisme” : le médecin masse lui-même les zones érogènes de sa patiente.

    Ce n’est d’ailleurs pas nouveau. On trouve une trace de cette méthode au XIIIe siècle déjà : Arnaldus de Villanova recommande l’usage du godemiché pour guérir les...[ pagebreak ]
    veuves et les religieuses en état de transe. Et à la fin du XVIIIème siècle, on voit apparaître des cures thermales destinées aux femmes, avec des appareils hydriques que Rachel Maines décrit comme des “douches pelviennes”. En France, jusqu’en 1860, la méthode la plus répandue est de braquer un jet d’eau hyper puissant sur l’entrejambe de ces dames.
    Mais les massages pelviens ennuient les médecins qui confient souvent la tâche à une infirmière ou une sage-femme. Et il faut dire qu’ils ne sont pas vraiment d’une grande efficacité. Heureusement, l’arrivée de l’électricité allait leur ôter ce fardeau. A la fin du XIXe siècle arrive donc la première “machine de massage électrique”, conçue par le docteur John Butler. Puis ce fut au tour des “électrodes vaginales”, de “l’excitateur vulvo-utérin” et de “l’electro-spatteur” doté d’une fourchette vibrante. Ces “machines” ressemblent alors plus à des engins de torture qu’à des outils de plaisir. Mais ils permettent aux médecins de procurer le tant-attendu orgasme à leur patiente en seulement quelques minutes.

    Le premier vrai vibromasseur sort en 1883 : c’est le “percuteur mécanique à ressort” de Joseph Mortimer Granville. “Cette découverte a été une claque pour les féministes du début des années 70, explique Christian Marmonnier, auteur de Gode’s Story aux éditions Seven 7. Elles ignoraient que les médecins avaient à ce point tronqué une partie de la sexualité des femmes, à une époque où la masturbation était formellement proscrite.”

    Les thérapeutes, eux n’y voyaient rien de sexuel. Ils ne concevaient pas que ces dames puissent ressentir du plaisir autrement que par pénétration. Les patientes, elles, n’étaient pas dupes et défilaient dans les cabinets médicaux.
    Il faudra néanmoins attendre 1920 pour qu’un premier vibromasseur portatif soit vendu directement à la consommatrice. L’engin marche à la pression hydraulique, ou grâce à une pédale. Les campagnes de pub de l’époque vantent “la jeunesse et le bien-être” que procure cet engin vibrant. On conseille aux maris d’en offrir à leurs épouses. Les photos montrent des femmes très chastes qui posent leur appareil sur leur joue ou sur leur nuque. Mais le succès est là : le vibromasseur devient rapidement le cinquième appareil électroménager le plus vendu, après la machine à coudre, le ventilateur, la bouilloire et le toaster…
    [Avec Historien-sans-frontiere.com, tdg.chet nouvelobs.com]


    Stoya lit un livre avec un vibromasseur par Spi0n


    votre commentaire
  • soupe-ailPour quatre personnes :

    • 26 gousses d’ails non épluchées et 26 gousses épluchées
    • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
    • deux grosses noix de beurre
    • une demi-cuillère à café de piment de cayenne en poudre
    • 70 grammes de gingembre frais
    • thym frais
    • 300 grammes d’oignons
    • 100 mL de lait de coco
    • 1 litre de bouillon de légumes
    • 4 quartiers de citron

    Préchauffer le four à 175°. Placer les 26 gousses d’ail non épluchées dans un petit plat en verre. Ajouter 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, saupoudrer de fleur de sel et mélanger pour bien enrober. Couvrir le plat de cuisson hermétiquement avec du papier sulfurisé, et faire cuire jusqu’à ce que l’ail soit doré et tendre, environ 45 minutes. Laisser refroidir. Presser l’ail entre les doigts pour libérer les gousses et les mettre dans un petit bol.

    Faire fondre le beurre dans une grande casserole à feu moyen-vif. Ajouter les oignons, le thym, le gingembre, le poivre de Cayenne en poudre et laisser cuire jusqu’à ce que les oignons soient translucides, environ 6 minutes. Ajouter l’ail rôti et 26 gousses d’ail cru et cuire 3 minutes. Ajouter le bouillon de légumes, couvrir et laisser mijoter jusqu’à ce que l’ail soit tendre, environ 20 minutes. Mixer la soupe jusqu’à consistance lisse. Remettre la soupe dans la casserole, ajouter le lait de coco et faire mijoter. Assaisonner avec du sel de mer et poivre pour le goût.

    Presser le jus de 1 quartier de citron dans chaque bol et servir.

    Peut être préparé un jour à l’avance. Couvrir et réfrigérer. Réchauffer à feu moyen, en remuant de temps en temps.


    votre commentaire
  • gorge.jpgAu lieu de prendre des médicaments qui vont diminuer vos défenses naturelles :

    • Verser du thé dans un bocal, ajouter des tranches de citron, du miel et du gingembre coupé en tranches.
    • Fermer le récipient et le mettre dans le réfrigérateur, une gelée se forme.
    • Pour servir, prendre une cuillère à soupe de cette gelée dans une tasse et versez de l'eau bouillante.
    • Conservez au réfrigérateur 2-3 mois.

    Et là vous avez un nectar contre les maux de gorges.

    Le miel est reconnu par la science, comme étant un remède naturel pour de nombreux maux qui touchent l’être humain.


    votre commentaire
  •  

    corps chakra

    votre commentaire
  • Le don de soigner n’est pas forcément dans la médication ou dans la chirurgie. Il peut être, littéralement, dans les mains d'un artiste, même si cet art n’est pas exposé dans des galeries d'art.  Dans le cas présent, l’artiste s’est dévoué à soigner l’estime de soi d’une petite fille… Ce qui est merveilleux ! Regardez les photos, elles parlent d 'elles-mêmes... 

     
    sculpt oreille 01
    sculpt oreille 02
    sculpt oreille 03
    sculpt oreille 04
    sculpt oreille 05
    sculpt oreille 06
    sculpt oreille 07
    sculpt oreille 08
    sculpt oreille 09
    sculpt oreille 10
    Le chemin des vainqueurs est toujours parsemé de beaucoup d'efforts, de sueur et parfois de larmes. La joie des victoires compense quelques sacrifices. Seulement des gens courageux, volontaires et décidés arrivent à leur fin. La persévérance est le premier pasde la victoire.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique