• votre commentaire

  • votre commentaire
  • 2 enfants sont placés dans une salle. Chacun d’eux se trouve devant une assiette recouverte d’un couvercle. Pourtant, une des assiettes est vide, tandis que l’autre contient un gros sandwich délicieux. Un enfant va pouvoir manger, pas l’autre. Vont-ils partager ? C’est le principe de cette expérience. Ces enfants sont absolument adorables. J’adore leur tête quand ils soulèvent le couvercle. La vidéo est en espagnol, et vous pouvez activer les sous-titres en anglais en  cliquant sur le symbole CC. Cette expérience me rappelle un peu le chamallow test où des enfants se trouvaient seuls dans une pièce avec un chamallow et l’interdiction d’y toucher.  Bref, revenons à nos moutons. Que font les enfants quand un seul a de quoi manger ? Et bien ils partagent leur sandwichs parce qu’ils sont adorables et trop mignons. Puis, on apprend que dans le monde 3,5 millions d’enfants meurent de famine chaque année dans le monde. Oui, les enfants ont beaucoup à nous apprendre. Surtout lorsqu’on apprend que le monde a la capacité de nourrir deux fois sa population. Pouvons-nous agir contre la faim ? Il semblerait bien.


    votre commentaire
  • Il vient de mourir le 2 juillet, à l'âge de 82 ans !

    Un jour, on reconnaîtra qu'il avait raison !

    Pour l'instant, les enjeux économiques sont trop importants !!!


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • C'estCes deux mots reviennent constamment à mon esprit comme une clé...

    Je regarde par la fenêtre. Sur la place, entre l'église, l'école, la rue de l'Auge et la maison où je vis, il y avait un immense rectangle d'herbe. Ces derniers jours, j'ai vu défiler camions, pelleteuses, rouleaux compresseurs et tout une foule d'hommes en vert pomme fluorescent.

    Il apparaît que la moitié de ce terrain deviendra places de parc. Ah je vois, c'est pour cela qu'ils ont diminué le nombre de places dans les rues. Je parie que ce parking sera payant, mais c'est une autre histoire !

    Le chat est là. Il avait l'habitude de se promener dans les hautes herbes - ce champ n'a pas été souvent fauché - et voilà qu'il se retrouve en face d'une place goudronnée... C'est... Assis sur son arrière-train, le chat constate que sa place de jeux favorite, là où il a encore pu s'entraîner à la chasse à la souris, sa place a diminué de moitié. Il ne va pas commencer à ronchonner, à dire que c'est scandaleux, que bétonner ça empêche la terre de respirer. Non, le chat regarde. Il ne manque pas de faire sa toilette, ni de lever les yeux sur le marronnier qui regorge d'oiseaux. Et puis il va voir plus loin, peut-être chercher d'autres places de jeux. Il ne se demande pas pourquoi ? comment ? qu'est-ce que je peux faire ?

    C'est, un point c'est tout.

    Marc Aurèle, empereur romain, philosophe et stoïcien, au 2ème siècle de notre ère disait : "Du raisin vert, du raison mûr et du raisin sec, tout cela est changement, non pour ne plus être, mais pour devenir ce qui n'est pas encore."

    Rien n'est immuable, tout est en mouvement, tout est changement. Observer, accepter, ralentir, accueillir, ça paraît simple... Pensez à ces deux mots : c'est !

    Christiane Kolly - Août 2017


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire