• Converser avec votre estomac

     

    En bleu, c'est la personne, en rose, c'est la partie du corps

     

    Ça ne passe pas, mon estomac fait preuve de paresse en ce moment, je me demande bien pourquoi?

    C'est à toi de te demander ce qui se passe dans ta vie. Qu'arrive-t-il que tu digères mal?

    Tu es là pour digérer les aliments, pas pour t'occuper des affaires de ma vie!

    Je reçois la nourriture matérielle, je fais office de [bétonnière]. Je malaxe, je mélange, je dissous aussi avec l'aide de l'acide chlorhydrique. Je prépare les aliments pour l'assimilation.

    Beau travail, je te remercie. Quel rapport avec les éléments de ma vie?

    Je prends en charge le côté [matériel] de la digestion, je mets la main à la pâte. Quand, dans ta vie, tu as des difficultés, des tensions avec le monde matériel, quand tu maîtrises mal ce monde, que tu as des difficultés financières, professionnelles, scolaires, tu digères moins bien ton monde matériel.

    Et toi tu digères moins bien les aliments?

    Tu rumines, tu ressasses les événements, les choses de ta vie. Moi, pour te montrer que ce n'est pas bon pour toi, je ralentis le mouvement.

    C'est donc un signal que tu m'envoies?

    Pour te prévenir, te demander d'arrêter de ruminer ce qui se passe d'une pareille manière.

    Et si je ne comprends pas, tu envoies des aigreurs spécialement désagréables?

    Tu es aigre avec toi-même, c'est ma manière de te le montrer, de te dire [arrête]!

    Et l'acidité, c'est également très incommodant!

    Oui, ce n'est pas bon pour toi d'être acide, acerbe, désagréable avec toi-même ou avec les autres!

    A force se forment les ulcères à l'estomac?

    Lorsque le message n'a pas été compris, lorsque l'acidité agit depuis un certain temps, comme dans le monde matériel, cela fait un trou…

    C'est un problème grave, difficile à guérir?

    Le problème est important. Par exemple, ne pas digérer une personne de son entourage. La personne affectée par un ulcère vit de la rancune et une grande douleur intérieure. Il y a un remède, mais pas des plus simple à appliquer j'en conviens, c'est la réconciliation, le pardon qui peut l'aider à commencer à cicatriser.

    Et les brûlures?

    Qu'est-ce qui brûle chez la personne? Elle doit vivre de la colère ou de l'impuissance. Elle devrait arrêter d'avoir peur d'affirmer ses besoins et ses désirs même si cela ne correspond pas forcément aux attentes, aux désirs, aux besoins des autres. Chaque être est sur terre pour créer sa propre vie. Lorsqu'une personne agit toujours en fonction de l'avis des autres, de son conjoint, de ses enfants, de sa famille, en sacrifiant ses propres besoins, par peur, ce n'est pas bon pour elle.

    C'est pourtant une belle preuve d'altruisme.

    L'altruisme bien vécu, avoir du plaisir, mener une vie heureuse à servir sa famille, je dis bravo. Cependant, si c'est la pression du milieu familial qui veut cela, mais que l'individu n'est pas heureux de la sorte, c'est autre chose.

    C'est pour cela que ce problème a longtemps été trouvé chez les hommes d'affaires. Aujourd'hui les médicaments adéquats ont eu le dessus.

    Cela ne veut pas dire que le problème est résolu. L'effet est soigné, la cause reste et trouvera bien un autre moyen de se manifester. C'est comme si la lampe témoin de l'essence s'allume au tableau de bord de ta voiture, si tu enlèves l'ampoule, tu ne vois plus le problème, mais il est toujours là.

    L'important est de soigner avant tout la cause. Qu'en est-il de l'indigestion?

    Elle peut être provoquée par un excès d'aliments ou de boisson, ou due à une intolérance face à un aliment précis. Lorsque l'indigestion provient d'un excès, demande-toi pourquoi tu accumules trop à l'intérieur de toi. Vis-à-vis de quelle personne, c'est devenu trop? En face de quelle situation? Souviens-toi que ce trop plein, cette lourdeur, c'est toi-même qui la crées, c'est le reflet de ce qui se passe à l'intérieur de toi.

    La manière de penser… Ce n'est pas la personne, la situation, c'est ma façon d'apprécier la situation qui est lourde, acide, aigre, etc…

    Vu. Le message, en général, c'est [Prends les choses avec moins de sérieux, moins de lourdeur, plus de légèreté].

    Et lorsqu'il s'agit de nausées?

    Il y a une menace qui plane, toujours un événement ou une personne, du dégoût, de la déception par rapport à des attentes non satisfaites. Envers quelle personne ressens-tu une aversion pareille? Cherche la raison de cet écœurement…

    Pourquoi la femme enceinte ressent-elle souvent des nausées?

    Comment accepte-elle le changement proche de sa vie? Comment se voit-elle avec ce corps qui se transforme, qui se déforme? A-t-elle peur de perdre sa liberté? A-t-elle peur de ne pas pouvoir subvenir à ses besoins et à ceux de son enfant? Doute-t-elle de la capacité du père à assumer son rôle, sa part? 

    Et quel est le remède?

    La source du problème est toujours dans la manière de penser. Plutôt que de se préparer à rejeter une personne ou une situation, regarder, observer sa vie et regarder sa peur en face. Peur d'une personne, peur d'une situation. Ne pas dramatiser la situation, observer. Vérifier que toutes les possibilités et capacités de faire face à la situation ont bien été exploitées. Aimer la vie de grand cœur et plus avec des haut-le-cœur.

    Et les régurgitations?

    Avais-tu vraiment besoin de ce que tu viens d'ingurgiter? Pourquoi les bébés régurgitent-ils? Leur donne-t-on vraiment ce dont ils ont besoin? Le bébé rejette quelque chose, les aliments? Il rejette peut-être aussi le milieu dans lequel il se trouve… Un mère anxieuse, un père lointain? Une situation de conflit, il ressent peut-être la jalousie des enfants déjà présents, ou tout simplement qu'il n'était pas attendu à ce moment-là!

    Tous les problèmes d'estomac ont donc un lien avec la difficulté de digérer, d'accepter ce qui se passe sur le moment?

    La personne qui souffre de ce genre de problèmes ne peut accepter ce qui se passe dans sa vie au moment où cela arrive. Elle ne digère pas un événement, une situation qui n'est pas à son goût.

    Elle regrette d'y avoir goûté?

    Elle fait de la résistance en face de quelque chose qu'elle n'attendait pas. Elle se trouvait bien dans ses habitudes et est contrariée par de nouvelles idées qu'elle refuse. Son critique intérieur est très fort. Plutôt que de se dire [Voyons ce que cela donne, acceptons d'entrer dans le jeu], elle campe sur ses positions.

    Et quel est le conseil?

    Accepter les choses sans condition, rester ouverte à du nouveau. La vie est un cheminement, refuser les nouveautés, les idées des autres n'est pas bon pour elle. Son cœur est ouvert à ce qui peut arriver, il suffit de demander au mental de se calmer et de laisser le cœur prendre plus souvent le gouvernail.

    Et si la personne [manque d'estomac]?

    Elle croit qu'elle fait preuve de manque d'audace, de courage. Là aussi, laisser arriver les événements, les choses, les personnes et se faire davantage confiance, croire en sa capacité d'appréhender la vie.

    Tu es un indicateur important pour la personne.

    Oui, je demande simplement de faire confiance. Je sais comment faire mon travail de digestion. Il en est de même pour l'être. Chacun peut avoir une manière différente de voir la vie. Je suis placé à côté du cœur qui me souffle que ce n'est pas bon pour l'individu d'être dans le jugement, de dire [Ce n'est pas juste ou idiot ou incorrect]. Cela ralentit la capacité de digérer la vie comme elle est, avec toutes ses différences entre individus. Etre tolérant, plus tolérant…

    Que fais-tu lorsque quelqu'un est boulimique?

    Imagine le surplus de travail? Je reçois tant et tant de nourriture. La personne n'est pas à l'écoute de ses besoins, elle comble un vide par de la nourriture. Elle peut se demander quelle est la nature de ce vide?

    Elle croit qu'elle a faim!

    Elle veut remplir, me remplir et quand je n'ai même pas terminé la digestion, cela recommence, alors, avec tout le corps, je mets de côté je fais des réserves. Le corps prend alors plus de place.

    Prendre sa place, en réalité, se demander comment prendre sa place?

    Dans quel domaine de sa vie la personne ne prend-elle pas sa place. Donne-t-elle suffisamment d'affection pour en recevoir, selon la loi du retour sans avoir besoin de compenser par de la nourriture. Se retient-elle dans ses idées, dans ses élans au point de trop garder dans son corps et de prendre du volume?

    Comment agir dans ces moments de boulimie?

    D'abord en prendre conscience, devenir observateur de son comportement. Lorsque la crise de boulimie arrive, prendre plusieurs grandes respirations, jusqu'au ventre, se poser les questions adéquates [Mon corps a-t-il besoin de cela en ce moment?], [Ai-je vraiment faim?], [Est-ce que je veux combler un manque d'affection par la nourriture?].

    Et si l'envie est trop forte?

    Etre doux avec soi-même. Manger quand même en se disant que, pour l'instant on ne peut pas faire autrement, demander à son corps d'éliminer ce qui ne lui est pas nécessaire. Manger une petite quantité, en appréciant chaque bouchée.

    Et pour l'affection, ou le manque d'attention?

    Se donner soi-même de l'affection, de l'attention, en donner aux autres, sans attente, en se disant que la loi de retour va fonctionner tôt ou tard et que l'affection des autres viendra.

    Il y a l'inverse de la boulimie, l'anorexie?

    On la retrouve souvent chez les adolescentes, et de nos jours aussi chez les garçons. Cette diminution progressive de l'appétit entraîne un amaigrissement. L'état général s'en ressent et certaines finissent par mourir de ne plus s'alimenter. Heureusement, tous les cas ne se terminent pas ainsi.

    L'anorexique se prive toujours de nourriture?

    Non, parfois, l'anorexie est accompagnée de crises de boulimie. Après une période de jeun, la personne ingurgite de la nourriture, elle craque. Ensuite, elle s'en veut et se fait vomir pour éviter de prendre du poids. Les dégâts au niveau de l'œsophage, canal qui m'amène la nourriture peuvent être graves.

    Et à ton niveau?

    Je fatigue, recevoir de la nourriture, je me prépare à faire mon travail de digestion et stop, tout est renvoyé à l'extérieur. Je finis par ne plus savoir exactement quel rôle je dois jouer.

    Pourquoi l'anorexique agit-elle ainsi?

    Elle se rejète. Elle rejète la mère, le féminin en elle, la mère terre. Elle est facilement [dans la lune], elle s'échappe de son corps pour trouver, dans ses voyages ce qu'elle ne trouve pas sur terre. Elle refuse de vivre sa vie sur terre, trouve cela trop difficile et n'a plus le goût de vivre.

    C'est sa mère qui a une part de responsabilité?

    Chaque mère fait de son mieux avec les moyens qu'elle a sur le moment, les connaissances, la capacité d'affronter son rôle de mère. Rendre sa mère ou qui que ce soit d'autre responsable n'arrange rien. Il vaudrait mieux pour la personne qui souffre d'anorexie qu'elle prenne sa part de responsabilité. Elle seule peut décider de sa vie, reprendre goût à la vie.

    La question reste comment?

    Elle peut regarder les choses différemment, accepter l'idée qu'elle est venue sur terre pour y évoluer, pour dépasser sa blessure de rejet. La blessure est en elle, sa mère, les autres sont là pour qu'elle en prenne conscience. Amour, le mot miracle, commencer à s'aimer davantage, aimer la couleur de ses yeux, aimer la forme de son corps, aimer ses qualités de cœur, intellectuelles. Accepter ce qui plaît moins en se disant que tout est momentané. Elle est en évolution.

    Et manger?

    Recommencer à manger en étant conscient que nous vivons dans un monde matériel et que le chemin se fait aussi par le matériel, les aliments. Une aide extérieure peut évidemment rendre les choses plus faciles, psychiatres, thérapeutes spécialisés dans le domaine.

    Et recommencer à s'en mettre [plein l'estomac]?

    Point trop n'en faut. A propos qu'entends-tu par avoir [l'estomac dans les talons], je trouve cela difficile à interpréter?

    C'est une expression qui veut dire que j'ai faim!

    Physiquement, imagine l'exercice… évite.

    Derniers conseils pour mieux vivre avec toi?

    Lorsque vient le temps de te nourrir, je peux être un excellent conseiller. Je suis en relation avec le reste de ton corps, je sais mieux que personne les aliments dont tu as besoin sur le moment et qui contiennent les éléments nécessaires à ton organisme. Pourquoi ne m'utilises-tu pas plus souvent?

    Comment?

    Arrête-toi, ferme les yeux, pose-moi la question [Quel aliment est bon pour moi aujourd'hui?] Tu seras étonnée de constater que j'ai de nombreuses suggestions pour toi.

    Et lorsqu'un aliment ne me fait absolument pas envie, que j'ai de la peine à l'avaler?

    Ne l'avale pas, ce n'est pas ce dont tu as besoin, ton corps est à même de t'envoyer un signal dans l'autre sens aussi.

    Quelle merveille que ce corps humain…


    Votre corps, par les malaises et maladies, a quelque chose à vous dire... Converser avec...

    votre coeur   votre sang
    votre peau
    vos poumons
    votre tête vos yeux vos oreilles
    votre bouche votre nez votre gorge vos bras vos mains
    votre dos vos seins
    votre estomac
    votre ventre votre sexe
    vos fesses vos cuisses vos genoux vos jambes vos pieds

     

    Tiré du livre "Conversations avec mon corps", de Christiane Kolly

    Vous pouvez copier en mentionnant l'auteur et le site.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :