• votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Recueil vidéo des capacités de Guérison disponibles à l’ensemble de l’humanité.

    Afin de supporter en force notre droit d’aborder et d’expérimenter la Guérison, nous vous invitons à partager le plus rapidement possible lien vidéo. «Nous» a besoin de «NOUS» debout, fort et sans équivoque. Nous avons fait en sorte que celle-ci revienne en ligne en cas de censure. «NOUS» a le droit de savoir et de partager ces réflexions et connaissances. Vous pouvez nous en aidez aussi en vous abonnant à notre chaîne Youtube.


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Au bord de l’eau dans un petit village côtier mexicain, un bateau rentre au port, ramenant plusieurs thons.

    Un américain présent sur le port complimente le pêcheur mexicain sur la qualité de ses poissons et lui demande combien de temps il lui a fallu pour les capturer :
    - Pas très longtemps, répond le Mexicain.

    - Mais alors, pourquoi n’êtes-vous pas resté en mer plus longtemps pour en attraper plus ?  demande l’américain.

    Le Mexicain répond que ces quelques poissons suffiront à subvenir aux besoins de sa famille.

    L’américain demande alors :
    - Mais que faites-vous le reste du temps ?

    Le Mexicain lui répond :
    - Je fais la grasse matinée, je pêche un peu, je joue avec mes enfants, je fais la sieste avec ma femme. Et puis le soir, je vais au village voir mes amis. Nous buvons du vin et jouons de la guitare. J’ai une vie idéale qui me procure beaucoup de plaisirs .

    L’américain l’interrompt alors :
    - J’ai un MBA de l’université de Harvard et je peux vous aider. Vous devriez commencer par pêcher plus longtemps. Avec les bénéfices dégagés, vous pourriez acheter un plus gros bateau. Avec l’argent que vous rapporterait ce bateau, vous pourriez en acheter un deuxième et ainsi de suite jusqu’à ce que vous possédiez une flotte de chalutiers. Au lieu de vendre vos poissons à un intermédiaire, vous pourriez négocier directement avec l’usine, et même ouvrir votre propre usine. Vous pourriez alors quitter votre petit village pour Mexico City, Los Angeles, puis peut-être New York, d’où vous dirigeriez toutes vos affaires.  »

    Le Mexicain demande alors :  
    - Combien de temps cela prendrait-il ? 

     - 15 à 20 ans, répond le banquier américain.

     - Et après ?  demande le mexicain.

     - Après, c’est là que ça devient intéressant, répond l’américain en riant. Quand le moment sera venu, vous pourrez introduire votre société en bourse et vous gagnerez des millions.

    - Des millions ? Mais après ?  reprend le mexicain.

    - Après, dit l’américain, vous pourrez prendre votre retraite, habiter dans un petit village côtier, faire la grasse matinée, jouer avec vos petits-enfants, pêcher un peu, faire la sieste avec votre femme et passer vos soirées à boire et à jouer de la guitare avec vos amis, le rêve non ?


    votre commentaire
  • Les amis, c'est Matthieu Ricard, Christophe André et Alexandre Jollien


    votre commentaire
  • J'ai dans ma tête une armée de saboteursJ'ai dans ma tête une armée de saboteurs, certains beaucoup plus actifs que d'autres plutôt latents mais néanmoins bien présents et prêts à fonctionner en cas de danger.

    Par exemple, dans ma relation à l'homme, il suffit que l'homme soit en retard pour que le saboteur s'active, et ses propos sont une vraie incitation à la bagarre : "Tu vois, il ne tient pas tant que cela à toi, il est en retard, il reporte le moment de te voir, il se fiche de toi !" "Tu as dépassé depuis longtemps la cinquantaine, il doit rencontrer beaucoup d'autres femmes plus jeunes et plus belles, qu'est-ce que tu crois, il va te quitter un de ces jours !". Un autre saboteur revient à la charge de temps en temps, celui qui me fait douter de mes compétences : "Tu penses toujours que tu fais de ton mieux, et bien vérifie, tu aurais pu penser au beamer, un salon avec des conférences sans beamer, mais ça manque totalement de professionnalisme!"

    La liste pourrait s'allonger, suivant les domaines de ma vie, avec des petits personnages plus ou moins actifs. Comment faire pour calmer le jeu, comment faire pour que le mental s'apaise, car nous sommes d'accord, il s'agit bien de mon mental, de mon égo qui se manifeste parce qu'il veut me protéger de souffrir, oui, il veut me protéger.

    Repousser rudement ces personnages serait une erreur, ils sont un peu comme les enfants, capables de persévérance quand il s'agit de se faire entendre. Alors je les écoute, je les comprends, je crée comme un dialogue intérieur, je leur parle : "Je sais bien que tu veux me protéger, mais tu vois, j'ai envie de vivre une belle expérience avec l'homme et je sais bien que les soupçons ne sont pas favorables à cela, alors s'il te plaît, laisse-moi faire preuve de confiance. Tu n'es pas bien loin, si vraiment il y a lieu de s'inquiéter, nous le verrons bien, en attendant, confiance !" "Tu voudrais que cela soit parfait ? C'est un bel objectif, mais pour cette fois, nous ferons sans beamer, ne t'inquiète pas, nous trouverons une solution satisfaisante.".

    Oui, pour calmer son mental, il est bon de négocier. Ainsi, il retrouve sa place, son rôle : être à mon service, au service de mon âme. De nos jours, l'égo tente souvent de prendre la place du maître. Mais le vrai maître, ça reste notre moi profond. Et l'égo devrait toujours rester le serviteur.

    Christiane Kolly - 2 mars 2016


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires