• Daniel Meurois

    Que faut-IL faire ? Il y a quelque temps, j’ai découvert cette question un peu abrupte posée par l’un de vous qui me lisez en cet instant.

    Celui-ci, comme beaucoup j’imagine, s’interrogeait à juste titre sur l’attitude à tenir face à ces vagues répétées d’évènements douloureux, d’informations alarmantes ou révoltantes qui secouent plus que jamais la planète… et chacun de nous par la même occasion.

    Oui, que faut-IL faire ? Continuer à creuser du côté Des prophéties comme certains Le font inlassablement ? Où cela mène-t-IL ? Cette recherche me semble nourrir davantage Le jeu de nos méninges et de nos émotions que les vrais battements de Notre cœur. Quel mouvement vers Le haut inspire-t-elle ? Je réfléchis différemment…

    Je préfère observer avec une attention soutenue Le quotidien de Notre monde car ce qui s’y passe EST suffisamment éloquent pour interpeler en profondeur toute personne dotée d’un minimum de bons sens.

    Pas besoin d’être bien cultivé pour comprendre clairement que les Institutions financières mondiales s’étouffent d’elles-mêmes et sont sur Le bord du gouffre. Tant de choses sont évidemment truquées.

    Pas besoin d’être économiste pour s’apercevoir qu’ici et là les populations pauvres et opprimées n’en peuvent plus et se soulèvent, que les nantis que nous sommes encore globalement en Occident voient leur équilibre de plus en plus précaire et commencent à paniquer.

    Nul besoin non plus d’être géologue ou climatologue pour constater que Notreactivité industrielle a dangereusement abimé la planète, que celle-ci se rebelle et EST à la veille de se réorganiser.

    Sans aucun doute, tout cela correspond aussi à Des rythmes naturels. Les modifications géologiques et climatiques ainsi que l’apogée puis Le déclin Descivilisations font incontestablement partie de ces épisodes qui Ont toujours ponctué l’histoire Des sociétés humaines. L’activité solaire EST notamment parlante à ce propos. Pas question de Le nier.

    Mais EST-ce alors dire qu’il n’y a rien à faire et que nous sommes appelés à toujours revivre Le même scénario ainsi que l’affirment nombre d’analystes ? Serions-nous ainsi inéluctablement coincés dans la mécanique de l’Éternel Recommencement ?

    Ce n’est pas Mon opinion. Le Principe de l’Évolution n’est pas celui qui fait tourner inlassablement l’âne autour de l’axe d’une meule jusqu’à creuser un sillon dans Le Sol qu’il foule.

    « Que faut-IL donc faire ? » continue de me demander Le message reçu comme is son auteur attendait de moi une solution toute faite et Des directives à suivre.

    Bien évidemment, je n’ai pas Le mode d’emploi d’une opération de sauvetage de Notre monde ! Qui pourrait prétendre l’avoir, d’ailleurs, hormis quelques pseudos-messagers auto-proclamés de l’Apocalypse ?

    Ce qui me paraît certain, par contre, c’est que tous ceux et toutes celles qui sont un peu intelligents, conséquents et qui sont dotés d’un minimum de courage doivent cesser de faire l’autruche en maintenant la tête dans les sables de leur tranquillité quotidienne. Ce temps EST révolu.

    Lorsqu’il EST de notoriété publique que les auteurs Des escroqueries de Grande envergure, Des mensonges mondiaux, Des injustices, Desdétournements de fonds colossaux, Des gâchis et Des massacres sans nom tiennent les rènes d’un grand nombre Des postes-clés de nos sociétés, comment se taire et NE pas réagir sans se rendre complice de cet état de fait ?

    Le « Je NE Le savais pas » n’est plus de mise; IL EST une hypocrisie.

    Que faut-IL faire alors ? Prier ? Méditer ? Se retirer dans un coin de campagne is les circonstances de Notre vie nous Le permettent ?

    Je serais tenté de vous dire oui, bien sûr, car renforcer Notre âme EST capital tandis qu’offrir Le meilleur à Notre corps EST légitime… et puis parce que, ultimement, on peut sans peine se répéter que tout ceci fait partie du jeu illusoire de la Maya.

    Cependant, je serais encore plus tenté de vous dire que ce n’est pas suffisant, que c’est un détour, une fuite de plus.

    Je crois que – même au cœur de la Maya – la situation actuelle EST telle qu’elle demande urgemment une implication très concrète de tous ceux quiOnt pris conscience que chacun de nous EST responsible de l’état de Notremonde.

    Cette implication doit mener sans tergiverser à un « NON » massif à tous les asservissements qu’a engendrés Notre société via Notre lâcheté et Notreégoïsme.

    Comment ? Par ce qu’on appelle la désobéissance civile, c’est-à-dire par Lerefus de se soumettre à l’absurde, au vol organisé, légalisé, au pillage, au mensonge, à la tricherie et à toutes les sortes d’iniquités doublées de cynisme érigés en systèmes de fonctionnement.

    Comprenez-moi bien, je NE prône in une révolution in l’anarchie car ceux-ci vont toujours de pair avec la violence. Nous avons assez ¨donné¨ – ou plutôt perdu – dans cette direction…

    Je plaide seulement pour une véritable et irréversible Évolution – un saut quantique volontaire, dirions-nous – une mutation radicale et rapide de nos mentalités et de nos comportements.

    Bernard Benson, l’auteur du ¨Livre de la Paix¨, un homme que j’ai assez bien connu il y a une trentaine d’années, attirait déjà notre attention sur le fait qu’il est totalement absurde que quelques tout petits milliers d’individus, voire moins, décident à eux seuls de la vie de quelques milliards de personnes.

    Aujourd’hui que nous sommes au nombre de sept milliards, cette vérité devient encore plus éclatante.

    Je ne suis pas de ceux qui prétendent, à l’instar de certains ¨prévisionnistes¨ mondiaux, que notre espèce trouvera bien le moyen de se débrouiller, de se réorganiser puis de repartir ¨comme avant¨ aidée par de nouveaux progrès technologiques.

    Ce n’est pas la technique qui nous sortira de notre impasse mais l’expression du cœur humain, son ¨Amour-Intelligence¨.

    Je suis de ceux qui disent haut et fort qu’il ne faut surtout pas que cela continue ¨comme avant¨ car seule une refonte de toutes nos valeurs peut nous faire sortir de notre hypnose et de notre ornière.

    Voilà pourquoi désobéir autant qu’on le peut à nos réflexes de consommateurs, de gaspilleurs, à nos habitudes d’assujettissement aveugle aux pouvoirs abusifs politiques et religieux, aux lois perverses et au Principe de la Peur me paraît être aujourd’hui un devoir de conscience impérieux.

    Cela vous étonne de la part de quelqu’un qui se définit comme un mystique ?

    Quant à moi, je ne peux concevoir une Voie d’Intériorité ou de recherche du Divin qui ignorerait la densité enseignante de ce monde, le respect puis l’amour de l’Humain.

    Je l’ai souvent écrit : « Tous les mondes ne font qu’Un ». La quête de l’Esprit ne doit jamais signifier la fuite des réalités de la Matière. L’un des aspects majeurs de l’Initiation, autrement dit de la révélation de l’être à lui-même, se situe là…

    Avez-vous jamais remarqué à quel point la plupart des grands guides spirituels de notre Humanité ont été parallèlement des hommes de terrain et d’action ? Tous ont été confrontés à des situations sociales et politiques très concrètes. Ils ne sont pas enfuis sur les sommets des montagnes, ni cachés dans des grottes pour se retrouver à l’abri, face au Divin. Ils se sont impliqués, ils ont participé très activement – et de façon parfois musclée – au remodelage de leur société.

    Alors finalement, que faire ?

    Mon opinion ne sera jamais que mon opinion. C’est assurément à chacun de décider de ce qu’il doit faire, en conscience, avec ses moyens personnels, sa force, son audace,… en faisant en sorte que son âme et son corps vivent en cohérence. À ce niveau-là, ¨faire¨, signifiera commencer à ¨être¨.

    Ce qu’il faut surtout ne pas faire ? C’est nier qu’il se passe quelque chose de majeur aujourd’hui sur Terre et s’en moquer complètement. C’est continuer à courber l’échine face aux iniquités et à la volonté de manipulation croissante des consciences, c’est ne rien oser, c’est la tiédeur.

    Que l’on ne se demande pas pourquoi le Christ a affirmé : « Dieu vomira les tièdes… ». En termes actuels cela veut dire que le Mouvement naturel de la Vie n’alimente jamais les timorés et les indécis, que la Vie ne fait pas de sur-place ni ne tourne indéfiniment en rond mais que c’est à nous de participer à son invention.

    Toute démarche spirituelle qui ne se prolonge pas en sa contrepartie terrestre ne peut être qu’incomplète.

    Voilà pourquoi je ne crains pas de vous écrire aujourd’hui :

    « N’ayons pas peur de dire Non à la ¨zombification¨ planifiée de notre espèce. N’ayons pas peur de désobéir à ce qui n’est visiblement pas de l’ordre du juste. N’ayons pas peur de faire se rencontrer le Vertical et l’Horizontal et de tout faire pour nous tenir en leur point de jonction.

    Au-delà de la diversité des fois et des croyances, l’archétype d’une telle Rencontre en dit beaucoup, ne croyez-vous pas ? »

    Daniel Meurois

    Source: www.danielmeurois.com


    votre commentaire
  • si tu ne suis pas tes reves

    votre commentaire
  • je n ai pas peur du futur

    votre commentaire

  • votre commentaire
  • aime tout  le monde

    votre commentaire
  • creer sa vie

    votre commentaire

  • votre commentaire
  • travailleur de lumière

    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  

    En bleu, c'est la personne, en rose, c'est la partie du corps

     

    Le ventre, il s'y passe tant de choses et pour une femme, il est souvent difficile de ressentir si les douleurs proviennent de l'appareil génital ou des intestins!

    Il suffit peut-être de prendre la peine d'écouter vraiment son corps… Se poser un moment et ressentir la douleur, l'apprivoiser et même tenter un dialogue avec elle, pourquoi pas!

    Parler avec une douleur, tu plaisantes?

    Cela nécessite un immense lâcher prise, calme et détente pour pouvoir communiquer avec une partie profonde de soi qui sait.

    La relaxation, la méditation?

    Exact. A part cela, j'ai une question. Pourquoi utilisez-vous parfois l'expression [se mettre à plat ventre], cela me paraît assez difficile et de plus très incommode dans la vie de tous les jours.

    Il faut le prendre au sens figuré, cela signifie s'humilier par intérêt, c'est un rapport entre deux individus. Laisser une partie de son pouvoir à l'autre pour obtenir en échange protection, opportunités financières ou tout autre retour possible, c'est selon les cas.

    C'est une manière d'arriver à ses fins qui me semble discutable! Pourrais-tu éviter d'utiliser ses termes, au sens propre, difficile à réaliser pour moi.

    Et que penses-tu de [passer sur le ventre]? Comme les tanks ou les bulldozers écrasent pratiquement tout sur leur passage, cela signifie écraser l'autre.

    Ça aussi, douloureux? Au figuré également.

    [Danser sur le ventre] est plus joli? Mais le résultat escompté est le même, juste un peu plus léger.

    Evite l'expression s'il te plaît, tant pour celui qui danse que pour celui sur qui on danse, l'exercice ne donne rien de bon.

    Tu ne dois pas aimer non plus [courir ventre à terre] qu'on utilise pour dire aller très vite.

    Il me semble que l'expression conviendrait mieux aux animaux qu'aux humains.

    J'anticipe en disant qu'[avoir les yeux plus gros que le ventre] veut dire vouloir manger plus qu'on ne peut. J'éviterai aussi…

    Je préfère quand tu mets [du cœur au ventre], du courage, de l'énergie plutôt que d'entendre dire [il n'a rien dans le ventre].

    Il est lâche, peu courageux.

    Rien dans le ventre, ce n'est pas possible. Même de l'air, c'est quelque chose. A ce sujet, j'ai une information d'importance capitale. La respiration abdominale est la condition principale d'une harmonisation entre le cerveau et moi. Certains me nomment second cerveau.

    Tu ne crois pas que tu te prends la tête, ô pardon, que tu te prends trop au sérieux. Bien sûr, certains prétendent que tu es capital, je pencherais plutôt pour l'idée de l'hologramme.

    Je suis bien d'accord. Tu nous donnes une explication quant à l'holographie?

    L'holographie est une technique qui consiste à prendre en photo un objet par un rayon laser et d'en obtenir un cliché. Remis dans son contexte lors de la prise de vue, cet objet, l'hologramme, apparaît en relief. Dire que le corps humain fonctionne comme un hologramme, c'est dire que chaque partie du corps contient des informations par rapport à la totalité.

    Cela expliquerait que, dans les thérapies alternatives, l'approche peut venir de plusieurs endroits: l'iridologie, par l'iris de l'œil, la réflexologie facial par le visage, l'holopsonie par l'oreille et les sons, la rebirththérapie par la respiration et les poumons, la réflexologie ou la méthode Grinberg par les pieds, le développement personnel par une approche plutôt mentale et émotionnelle.

    La liste pourrait encore s'allonger. Mais revenons à toi. A part les organes génitaux avec qui j'ai un long dialogue dans un autre chapitre, il y a quoi dans ton antre?

    L'intestin grêle qui mesure six mètres de long. Il fait un travail fondamental, il s'occupe de la dernière transformation des éléments nutritifs avant qu'ils ne passent dans le sang. Le reste, qui n'est pas assimilable passe dans le gros intestin. C'est un peu un douanier. Il laisse passer telle information et rejète telle autre, avec subjectivité.

    Quels sont les messages d'un dysfonctionnement de l'intestin grêle?

    Voici les questions que tu peux te poser. Es-tu en train de juger quelqu'un en fonction de tes propres valeurs? De ta version personnelle du bien et du mal? Du tort ou de la raison? Es-tu venue sur terre pour ta propre évolution ou pour passer ton temps à porter des jugements sur les autres en campant confortablement sur tes positions?

    Je pense qu'un égoïsme sain est préférable à un altruisme paternaliste, directif, sauveur.

    Bien. Il est toujours plus difficile de s'occuper de ses affaires que de celles des autres. Seulement c'est de ton évolution qu'il est question et la seule personne qui peut prendre les leçons pour elle-même c'est toi. A quoi auront servi tes conseils, tes affirmations, tes jugements, si ce n'est rendre la relation plus difficile avec les autres.

    Juger les autres est une habitude à rayer de son mental, de son comportement. Revenons aux problèmes d'intestins, l'appendicite, l'inflammation de l'appendice, quel est le message?

    Physiquement, les symptômes sont sérieux, douleurs intenses, troubles digestifs, nausées, vomissements, les intestins arrêtent de fonctionner, les aliments ne sont plus tolérés. Cela peut dégénérer en péritonite, une inflammation encore plus sérieuse.

    Quel est le lien avec la vie de la personne?

    C'est une maladie en [ite], la personne vit de la colère refoulée. Elle ne se sent pas en sécurité, elle est dépendante des autres, elle ne se donne pas le droit de s'exprimer. Quelqu'un la fait [chier], mais elle n'ose pas le dire, le laisser sortir. Elle croit qu'il n'y a pas d'issue possible.

    Une appendicite est souvent soudaine?

    Oui et la personne devrait réfléchir à la situation comme décrite ci-dessus qui s'est passée juste avant sa crise, elle pourrait trouver là la cause de son malaise.

    Et lorsqu'elle l'a trouvée?

    Son corps lui dit de ne pas attendre pour exprimer ce qu'elle vit, ne pas attendre que cela éclate à l'intérieur. Il n'est pas utile de fuir non plus, mais plutôt de vivre cette situation dans l'amour de soi et des autres, en respectant les limites de chacun.

    Ce serait la panacée universelle, vivre dans l'amour de soi et des autres… Dis-moi le ventre, si la douleur est plutôt située vers le haut?

    La personne s'en fait pour les autres, s'en fait trop pour les autres. C'est la région du plexus solaire, une trop grande ouverture peut rendre quelqu'un perméable aux émotions, aux peurs de son entourage et rendre la vie insupportable. Une douleur à cet endroit est la sonnette d'alarme, s'occuper plus de ses affaires, ne pas prendre sur soi les affaires des autres, surtout que, la plupart du temps, l'exercice est aussi douloureux qu'inutile.

    Facile à dire, mais pour quelqu'un qui est psychique, qui ressent les émotions, les peurs, les douleurs des autres, y a-t-il un moyen de [fermer les portes]?

    Je suggère un exercice que voici. Fermer les yeux et prendre quelques grandes respirations jusqu'à l'abdomen. Pratiquer la respiration à quatre temps, inspirer bloquer expirer attendre, en comptant jusqu'à trois, quatre ou cinq selon votre convenance entre chaque étape. Puis respirer normalement. Imaginez, devant votre plexus, deux grandes portes en béton, voyez ces portes se fermer et vous protéger des peurs, des émotions extérieures.

    C'est l'imagination au pouvoir.

    Ces suggestions mentales aideront l'émotionnel et finalement le physique à mieux lutter contre les agressions extérieures, lorsque tu en auras besoin. Cela te prendra cinq minutes et tu iras mieux.

    Bien. Parlons maintenant d'une douleur qui a plus un lien avec la bas du ventre?

    C'est l'endroit où l'on crée la vie, c'est aussi l'endroit où l'on crée sa propre vie. Voici des questions utiles. La personne a-t-elle le pouvoir sur sa vie? A-t-elle envie de créer sa vie selon son goût ou vit-elle dans les habitudes sans avoir remis en question depuis longtemps ses objectifs?

    Etre maître de sa vie, être libre, c'est le désir de chacun, mais avec les années, nous sommes pris dans les habitudes, les habitudes familiales, sociales, professionnelles. Se poser la question fait peur. Réfléchir à ses choix, prendre d'autres décisions peut bousculer tout son environnement et troubler la vie d'autres personnes.

    C'est exact. Je ne dis pas qu'il faut tout envoyer par-dessus les moulins. Je dis qu'il ne faut pas laisser sa vie sur pilote automatique. Réfléchir, redéfinir ses choix ne veut pas dire tout bouleverser. Cependant, laisser aller les choses à vau l'eau, après plusieurs signes de mal être peut s'avérer encore plus douloureux.

    C'est l'éternel juste milieu?

    Je suggère de prendre le temps, une ou deux fois par année, de réfléchir à soi. Il y a un moyen très simple. Tu prends une feuille de papier, horizontalement tu sépares la feuille en trois parties pour le matin, le midi et la soirée, verticalement tu la sépares en sept pour les sept jours de la semaine. Inscris ce que tu fais de tes journées. Tu peux choisir de colorier ta semaine. Rouge pour le travail, orange pour la famille, jaune pour la vie sociale, vert pour toi-même, etc. Regarde ensuite au fil des semaines le temps consacré aux différentes activités. Est-ce vraiment ce que tu veux? Quel est le prix à payer pour en changer?

    C'est cela qui effraie, le prix à payer?

    Je veux dire, si tu remarques qu'il n'y a pas de temps pour toi, parce que tout ton temps est consacré au travail et aux autres, il y a peut-être quelque tir à rectifier.

    Si j'arrête de faire les courses, de préparer les repas, de ranger la table, juste une fois par semaine, qui le fera?

    Ça se discute en famille. Tu peux faire le compte du temps déjà consacré et poser le problème aux autres membres de la tribu. Evidemment que cela bouscule, mais qui va s'occuper de ta vie si ce n'est pas toi?

    Vu sous cet angle! Et si une femme vit seule et décide de faire l'expérience de vivre à deux?

    C'est le même principe. L'objectif est de rencontrer quelqu'un et de faire l'expérience de la vie à deux. Quelle partie de son temps la personne est-elle d'accord d'investir à cet objectif? Dans son emploi du temps actuel, que va-t-elle laisser au profit de son nouvel objectif?

    Tu parles comme un ordinateur, l'amour ça ne se commande pas?

    J'en conviens. Voyons les choses autrement. Une personne est fermée à la possibilité d'une nouvelle relation. Elle critique haut et fort le sexe opposé et passe tout son temps à d'autres activités que celles qui pourraient favoriser une rencontre. Et pourtant son désir profond est de partager sa vie!

    Elle rencontre des gens à longueur d'année mais son cœur reste fermé!

    L'idée est de commencer à imaginer cette nouvelle relation, à la créer dans son cœur. Sentir l'ouverture, être prête à vivre l'expérience, faire une place dans sa vie pour l'autre.

    Faire une place physiquement?

    Aussi, jeter les objets qui encombrent la maison pour rien et faire de la place pour du nouveau. Créer sa vie, savoir ce qu'on veut et mettre en place les conditions favorables à la réussite de l'entreprise.

    Et où elle va le rencontrer, ce conjoint?

    Dieu seul le sait, ou l'univers. Il lui suffit de l'imaginer, d'imaginer sa vie aux côtés de son partenaire. Son mental, son intelligence lui indiquera les moyens qui favorisent cette relation. Sourire si quelqu'un la regarde plutôt que de lever le nez et regarder de l'autre côté. Accompagner une amie à une soirée où il y aura beaucoup d'inconnus. S'inscrire à un club de gymnastique. Aller promener le chien d'une copine en forêt…

    Demander l'heure à quelqu'un qui lui plaît. Provoquer une bousculade et lâcher son sac à main. Et même aller admirer les estampes japonaises si elle a le goût de le faire.

    L'idée de base est de changer ses habitudes pour provoquer une rencontre, il y a tant de personnes seules et malheureuses. Statistiquement, cela semble facile de rencontrer un partenaire potentiel. Humainement, il faut du courage, du ventre pour se remuer de la sorte.

    Et si au bout de quelques semaines, cela ne marche pas?

    La peur de recommencer une expérience douloureuse peut être plus forte que le désir de partager sa vie. Là aussi, je suggère de regarder ses peurs en face, de parlementer avec elles, de les remercier de la mise en garde, de leur demander quelques heures de liberté pour tenter quelque chose de nouveau.

    La peur au ventre, ce n'est pas facile à maîtriser.

    Imagine que c'est un petit enfant. Il veut de l'attention. Si tu le renvoies continuellement sans lui prêter attention, il sera de plus en plus insupportable. Par contre, si tu prends un moment pour parler avec lui, pour le serrer dans tes bras et que tu lui demandes ensuite de te laisser continuer tes affaires, il acceptera. Avec les peurs, tu peux fonctionner de la même manière, je te promets des résultats étonnants.

     

    Converser avec...

    votre corps, par les malaises et maladies,
    il a quelque chose à vous dire...

    Tiré du livre
    "Conversations avec mon corps"
    de Christiane Kolly

    Vous pouvez copier en mentionnant
    l'auteur et le site.

    www.christianekolly.ch

    bouche nez
    bras oreilles
    coeur peau
    cuisses pieds
    dos poumons
    estomac sang
    fesses seins
    genoux sexe
    gorge tête
    jambes ventre
    mains yeux

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires